Evelyne Thomas: «J’ai été extrêmement surprise qu’on m’appelle pour refaire "C’est mon choix"»

INTERVIEW L’animatrice ressuscite le talk-show sur Chérie 25 cette saison. Elle explique pourquoi elle a accepté de revenir à la télévision…

Anaëlle Grondin

— 

L'animatrice télé Evelyne Thomas et Bruno Fallot, le directeur des programmes de NRJ 12 et Chérie 25, lors de la conférence de rentrée du groupe audiovisuel, le 27 août 2015.
L'animatrice télé Evelyne Thomas et Bruno Fallot, le directeur des programmes de NRJ 12 et Chérie 25, lors de la conférence de rentrée du groupe audiovisuel, le 27 août 2015. — Anaëlle Grondin / 20 Minutes

Plus de dix ans après la fin de sa diffusion sur France 3, le talk-show C’est mon choix s’apprête à revenir à l’antenne cette saison. Cette fois-ci sur Chérie 25. Et pour bien faire, la chaîne a contacté celle qui avait fait le succès de l’émission à l’époque, Evelyne Thomas. Le programme, qui donne la parole aux Français, réapparaîtra « probablement en octobre », selon l’animatrice. En marge de la conférence de rentrée du groupe NRJ 12 ce jeudi, Evelyne Thomas a expliqué pourquoi elle a accepté de refaire de la télévision et à quoi allait ressembler C’est mon choix version 2015. Entretien.

Comment s’est passé votre retour à l’antenne avec « C’est mon choix » ?

J’ai été appelée par Bruno Fallot, le directeur des programmes de NRJ 12 et Chérie 25. J’étais très très loin de l’univers de la télé dans ma tête et géographiquement. J’étais extrêmement surprise. Ça m’a touchée.

Avez-vous mis du temps à donner une réponse ?

Je n’avais plus envie de faire de la télé. Quand il m’a appelée, j’ai eu un déclic. Je me suis dit qu’il fallait boucler la boucle et j’ai dit « oui ». Je pense qu’NRJ 12 est extrêmement pugnace. On le voit dans sa grille de rentrée. Je trouve ça fabuleux que l’équipe veuille prendre des risques dans un univers médiatique où on n’en prend pas beaucoup.

Vous aurez un concurrent de taille, « Toute une histoire » sur France 2

On n’est pas concurrents. D’abord on a le même producteur. On va être plus dans la légèreté, l’humour, la positive attitude. On va avoir beaucoup de « show ». On va reprendre les fondamentaux de C’est mon choix, comme les relookings, les concours de talent, etc. J’ai envie de légèreté, de spontanéité. Sophie [Davant] est plus dans les histoires intimistes, le témoignage.

A quoi va ressembler la nouvelle version de « C’est mon choix » ?

On va avoir un nouveau décor, un nouveau logo, la même musique mais remastérisée, car c’est une musique qui a marqué les esprits. On va s’inspirer de tout ce qui est le reflet de notre société. On va être dans l’air du temps, traiter de thèmes qui intéressent les gens, qui nous amusent aussi. Il y aura par exemple « Je suis accro à mon portable ». Aujourd’hui, les gens ont vraiment besoin de s’exprimer. On le voit sur les réseaux sociaux.

Cela vous fait peur d’être de nouveau sous le feu des projecteurs ?

(Silence) Je connais les médias. Finalement, je regarde ça avec un peu de distance, maintenant. Si je n’assumais pas, je ne serais pas là. Il y a quelques mois, je n’aurais pas nécessairement eu envie. Là, ça fait partie de mon job et ça m’amuse beaucoup de faire cette émission.

En termes d’audiences, on vous a fixé des objectifs ?

Non, pas spécialement, mais en même temps on vit dans un univers concurrentiel. Toutes les chaînes maintenant sont soumises à cette loi-là. Si ça ne marche pas, bye bye. On va voir, pour l’instant je ne me pose pas la question.