«Petits Meurtres d'Agatha Christie»: «Je viens du clown, je me suis aidée de cet héritage», confie Elodie Frenck

INTERVIEW Dans un épisode inédit des « Petits Meurtres d’Agatha Christie », Elodie Frenck joue son propre rôle de Marlène mais aussi… celui de sa soeur. Rencontre...

Lea Chauvel-levy

— 

Elodie Frenck dans le rôle de Marlène et de sa soeur Solange.
Elodie Frenck dans le rôle de Marlène et de sa soeur Solange. — France 2

Marlène, personnage glamour aux faux airs de Marilyn Monroe, pourrait bien être l’un des éléments qui explique le succès de la série phare de France 2. Les petits meurtres d’Agatha Christie réunissent à chaque diffusion quatre millions de téléspectateurs en moyenne (le feuilleton revient pendant six vendredis à partir du 28 août avec pas moins de quatre inédits). Ce soir, dans l’épisode intitulé « Pension Vanilos », Marlène nous présente sa sœur Solange, personnage noir qui fait basculer l’intrigue. Et, petit truc de scénariste qui aime les effets spéciaux : les deux sœurs sont interprétées par une seule comédienne, Elodie Frenck. 20 Minutes l’a rencontrée.

Quelle est votre réaction quand vous vous apercevez que vous devez jouer deux rôles dans le même épisode et dans la même pièce ?

Quand j’ai reçu la proposition, j’ai été très angoissée. Cela me semblait très difficile, voire insurmontable. Et en fait, quel cadeau, j’en rêvais ! C’est inédit comme expérience pour moi et dans la vie d’une comédienne, c’est intéressant un tel défi.

Elodie Frenck sur le tournage de Petits Meurtres d'Agatha Christie, série phare de France 2. - France 2

 

 

De quoi aviez-vous peur ?

J’avais très peur de changer de rôle. Très peur aussi que je ne sois pas crédible dans un autre rôle, si différent. Et puis l’économie de télévision m’a fait jouer les deux personnages dans la même journée. Le tournage ne pouvait pas durer plus longtemps… Pas un jour de plus n’était prévu sur les 23 que représente le tournage d’un épisode.

Qui est Solange dans l’épisode ?

Ma sœur. Elle a un an et demi de plus à peu près. Mais il faut dire qu’elle en fait bien plus car elle n’est pas aidée par la production ! Elle est tout le contraire de Marlène, la femme que je joue, glamour, ouverte, solaire. Solange est sèche, revêche. L’une est blonde, l’autre plus foncée… Marlène se tient bien, Solange plutôt mal… Il fallait vraiment accentuer les différences capitales entre les deux femmes pour que je sois crédible dans l’un et l’autre rôle.

Pour quelle raison la production vous a demandé cela ?

Dans la série, je suis très différente de qui je suis dans la vie. La preuve, on ne me reconnaît pas dans la rue. A tel point que lors d’une projection, une femme à côté de moi faisait des commentaires sur moi alors que j’étais assise à côté d’elle ! La raison est simple, je porte une perruque blonde pour interpréter Marlène et je joue à outrance le glam et parfois la femme ingénue. La production a sans doute voulu exploiter mon côté incognito. Avec Solange, c’est le cas !

Jouer deux femmes totalement opposées physiquement, une contrainte ou une aide ?

Les deux… Mais disons que travailler sur les contraires et les appuyer m’ont beaucoup aidé. La voix a sans doute été le plus difficile. Modifier sa voix, c’est modifier son port de tête, son attitude corporelle. Lorsque l’on modifie le corps, la voix suit vous savez. Je viens du clown et de l’improvisation, je me suis aidée de cet héritage. Les accessoires m’ont beaucoup aidée également. Et puis j’ai regardé The Bad Sister, un film de Hobart Henley (1931) dans lequel Bette Davis joue elle aussi deux sœurs. J’ai passé les scènes en boucle.

Enfin, comment expliquez-vous le succès de la série auprès des téléspectateurs ?

Les romans d’Agatha Christie sont très bien ficelés. Et d’une manière générale, les gens adorent les polars. Là, on y a ajouté de l’humour avec des auteurs qui ont le sens du bon mot et du cocasse. La touche de glamour n’est pas pour déplaire. Policier, humour et glamour sont trois genres qui plaisent beaucoup.

Retrouvez ici notre article : Cinéma : Dix dédoublements d'acteurs.