Christophe Beaugrand: «Ceux qui disent que "Secret Story" est trash ne regardent pas l’émission»

TELEVISION Le présentateur de «Confessions intimes» reprend les commandes de la téléréalité. La saison 9 commence ce vendredi à 20h55 sur TF1...

Anaëlle Grondin

— 

L'animateur télé Christophe Beaugrand.
L'animateur télé Christophe Beaugrand. — TF1

Parti pour D8 puis pour NRJ 12 cette rentrée, Benjamin Castaldi a abandonné Secret Story. Mais la téléréalité de TF1 revient tout de même pour une saison 9, à compter de ce vendredi. Pour le remplacer, un visage déjà bien connu du groupe : Christophe Beaugrand, présentateur de Confessions intimes sur NT1 et chroniqueur dans 50 minutes inside sur TF1. L’animateur explique à 20 Minutes le ton qu’il souhaite donner à Secret Story et pourquoi il a envie de défendre cette téléréalité.

Est-ce que votre façon d’animer « Secret Story » sera différente de celle de votre prédécesseur ?

Les fans de l’émission vont retrouver les fondamentaux : la mécanique de jeu, la célèbre voix. TF1 m’a demandé d’avoir mon ton, mon humour, mon dynamisme. Benjamin [Castaldi] et moi on est différents dans notre façon de travailler, en termes d’écriture. Je pense avoir un point de vue plus journalistique qu’un point de vue d’animateur. Le ton sera sans doute différent. Avec le Débrief [nouvelle émission qui suivra la quotidienne à compter de lundi], il n’y aura pas de point de comparaison, c’est mon bébé.

Benjamin Castaldi vous a-t-il donné des conseils ?

Oui. Avoir une oreillette moulée sur mon oreille car le public crie beaucoup et qu’on ne s’entend pas parfois (rires). Il m’a dit aussi de faire attention à ne pas prendre fait et cause pour un candidat.

Vous regardiez « Secret Story » avant ?

J’ai toujours regardé depuis la première saison. Je suis fan de téléréalité. Après il y a le meilleur comme le pire. Mais ça m’intéresse beaucoup. Secret Story c’est la téléréalité premium, il y a beaucoup de moyens, c’est très ludique. Ce n’est pas que des gens qui vivent dans une maison comme le Loft, il y a des cagnottes, des jeux. On s’amuse.

L’image trash de « Secret Story », ça ne vous dérange pas ?

Le programme je vais totalement l’assumer et le défendre. Je pense que les gens qui disent que Secret Story a une image trash ne regardent pas l’émission. Peut-être que dans les premières saisons, oui. Mais la saison dernière il n’y avait rien de trash. Il est hors de question que j’aille dans la recherche du conflit. Ce n’est pas le genre de téléréalité que j’aime regarder. J’ai envie d’être dans le jeu, le positif, de réunir la famille pour s’amuser ensemble.

Vous n’êtes pas déçu que les quotidiennes se fassent sur NT1 et non plus sur TF1 ? L’émission aura moins de visibilité cette année.

Au contraire. Et ce n’est pas langue de bois. Secret Story est une marque hyper forte. On met le paquet avec cette belle marque sur NT1. La grille de TF1 est très compacte et ne nous permettait pas d’élargir le concept de l’émission [avec la Quotidienne suivie du Débrief]. NT1 nous permet de développer le programme différemment. Ce qui m’intéresse aussi c’est d’être en conversation permanente avec le public. Ça va être possible grâce au Débrief, qui permet un ping-pong permanent avec le public. On n’aurait pas pu le faire sur TF1. Samedi soir et dimanche soir il va y avoir une connexion en direct entre 23h00 et minuit qui permettra de voir en temps réel la vie des candidats, ça n’a jamais été fait. Ça n’aurait pas pu se faire non plus sur TF1. Après il y a un risque : il faut bien expliquer au public que ça se passe sur deux chaînes.

Qu’est-ce que vous savez des secrets et des candidats à ce stade ?

Les mécaniques de jeu, les profils des candidats et les secrets, je les connais. Je peux vous dire qu’on a des choses très intéressantes, drôles et émouvantes. Endemol [la société de production] a fait un très bon boulot pour surprendre le téléspectateur. Mon objectif c’est de faire un reboot de Secret Story, un genre de Secret Story nouvelle génération : plus connectée et plus drôle. Je croise les doigts pour que ça marche.