Antoine de Caunes présente "Le Grand Journal" le 4 novembre 2014 à Paris
Antoine de Caunes présente "Le Grand Journal" le 4 novembre 2014 à Paris — Bertrand Guay AFP

TELEVISION

Le concept de la future émission d’Antoine de Caunes, un plagiat?

Sur Twitter ce mercredi, l’animatrice Laurence Boccolini a fait remarquer à Antoine de Caunes qu’elle avait tourné un pilote pour un programme similaire en 2009…

Antoine sans fiche, l’émission que va présenter à la rentrée Antoine de Caunes en deuxième partie de soirée sur Canal +, est-elle réchauffée ? Le concept : l’ex-présentateur du Grand Journal va découvrir son show chaque semaine en même temps que le téléspectateur et interviewer un invité surprise sans aucune préparation. Alors que la chaîne cryptée présente Antoine sans fiche comme « la première émission dont l’animateur ignore tout », certains crient au plagiat.

Un téléspectateur a fait remarquer sur Twitter à Laurence Boccolini que Canal + manquait d’imagination puisqu’« un pilote similaire » tourné par cette dernière « existe depuis 2009 ». Ce à quoi l’animatrice a répondu, « Canal +, ça va pas du tout… », avant d’ajouter dans un autre message « C’est pas cool de leur part ».

 

Le pilote en question de l’émission appelée Jamais sans mes fiches est visible ici :

Laurence Boccolini a alors envoyé un tweet à Antoine de Caunes pour lui dire « désolée, mais Antoine sans fiche… je l’ai créé en 2009 : Jamais sans mes fiches », en prenant soin de mentionner Canal + pour que son message soit vu par la chaîne.

 

Mais la discussion ne s’est pas arrêtée là. Bertrand Chameroy, chroniqueur de Touche pas à mon Poste et animateur montant de D8, s’est immiscé dans la conversation pour faire remarquer que l’émission de France 2 Le grand tralala datant de 1999 présentait un concept très proche, déjà : « Cinq présentateurs vedettes de la chaîne » doivent « présenter une émission dont ils ne connaissent pas le contenu ».

 

Après avoir rétorqué qu’elle faisait surtout référence à l’interview de l’invité non préparée, Laurence Boccolini a fini par lâcher : « Pour Antoine pas grave, si ça marche pour lui… » Pas rancunière.