Trois raisons de regarder «Sharknado 3» sans culpabiliser

NANAR Ce jeudi à 20h50, la chaîne SyFy diffuse en exclusivité le troisième volet de la saga…

Clio Weickert
— 
L'acteur Ian Ziering dans «Sharknado 3»
L'acteur Ian Ziering dans «Sharknado 3» — © SyFy

Si vous êtes passé totalement à côté du phénomène Sharknado, vous allez pouvoir vous rattraper. Ce jeudi à 20h50, la chaîne SyFy, disponible sur Canalsat, présente en exclusivité le troisième volet de la saga, Sharknado 3 : Oh Hell No !, 24h seulement après la diffusion aux Etats-Unis. Un nanar nous direz-vous ? Une série culte pour certains, à prendre au 36.000ème degré. Si cela vous laisse sceptique, voici trois bonnes raisons d’y jeter un coup d’œil, sans culpabiliser.



Pour son casting de folie

Vous connaissez un film qui rassemble Steve Sanders (Ian Ziering) de Beverly Hills, Malcolm (Frankie Muniz) et Bruno Salomone ? Si les deux derniers y campent des seconds rôles, le premier tient le principal (Fin Shepard) depuis le début, et manie l’autodérision à la perfection. Cerise sur le gâteau, on y retrouve aussi David Hasselhoff qui après Kung Fury, se donne de plus en plus à fond dans le secteur de la série B et des navets assumés. Et rien que ça, ça vaut le détour.

Pour son scénario ambitieux

Depuis le premier volet, l’histoire demeure la même. Grâce à des tornades géantes, des requins tueurs peuvent se déplacer et attaquer qui ils veulent, où ils veulent. « Shark » (requin) - « nado » (tornade). Une idée simple comme bonjour, mais il fallait y penser. Derrière ce projet hors du commun, deux hommes, Anthony C. Ferrante, le réalisateur, et Thunder Levin, le scénariste, qui ont eu la bonne idée de surfer sur le mariage du film catastrophe et du film d’horreur. De mauvais goût bien évidemment.

Parce que ça fait du bien

L’aspect le plus jouissif de la série des Sharknado ? L’improbabilité des situations et ses effets spéciaux à deux francs six sous. Kitsch, ridicule, bidon, mais totalement revendiqué. Vous n’avez pas dormi de la nuit en repensant à la fin d’Inception de Christopher Nolan ou vous avez pleuré toutes les larmes de votre corps après Amour de Michael Haneke ? Aucun risque concernant Sharknado, 100 % zéro prise de tête. Et parfois, ça fait aussi du bien de regarder un bon navet à la télé. Alors ne culpabilisez pas de ne pas regarder un grand chef-d’œuvre du 7e art, et laissez-vous aller.