L’émission sur le don d'organes était un canular

C.L. Avec AFP

— 

L'émission de télé-réalité sur le don d'organes, diffusée par la chaiîne néerlandaise BNN. Le donneur, une femme atteinte d'un cancer, devait désigner à qui elle donnerait un rein, après sa mort. L'émission était e fait un canular.
L'émission de télé-réalité sur le don d'organes, diffusée par la chaiîne néerlandaise BNN. Le donneur, une femme atteinte d'un cancer, devait désigner à qui elle donnerait un rein, après sa mort. L'émission était e fait un canular. — Reuters

Surprise! L’héroïque «donneuse en fin de vie» qui devait désigner, en direct à la télévision le malade à qui elle donnerait son rein après sa mort était… une actrice! L'émission néerlandaise de télé-réalité de la chaîne BNN mettant vendredi soir en jeu un don de rein, qui a fait scandale dans de nombreux pays, était en fait un canular, destiné à alerter l'opinion sur le manque de donneurs d'organes.

«Lisa», une femme soi-disant atteinte d'une tumeur au cerveau, est une actrice, a révélé en direct le présentateur Patrick Lodiers au moment où celle-ci s'apprêtait, en larmes, à désigner le malade à qui elle allait donner son rein. Mais les trois candidats «receveurs» participant au «Grand spectacle du donneur» sont, eux, d'authentiques malades en attente d'un rein. Ces derniers ont accepté de jouer le jeu, a précisé l'animateur à l'issue d'une émission mise en scène comme n'importe quelle autre show de télé-réalité, avec reportages sur les candidats, applaudissements et rires.

«Raconter la dure réalité»

«Nous n'allons pas donner un rein, a-t-il ajouté. Nous avons voulu attirer l'attention sur la vie et les problèmes» des personnes en attente d'une greffe. Les trois candidats font partie du canular, mais «ce qu'ils ont raconté est la dure réalité» de la vie quotidienne d'un malade en attente de greffe, a-t-il souligné.

Comme lors d'émissions de télé-réalité, «Lisa», qui jouait le rôle d'une jeune fleuriste de 37 ans, devait procéder par élimination pour choisir celui ou celle qui finalement pourrait recevoir son rein. L'actrice était en cela conseillée par les téléspectateurs qui pouvaient envoyer des messages par SMS. Des reportages les suivant au travail et les montrant allongé sur un lit pendant la dialyse presque quotidienne devaient permettre à «Lisa» de mieux connaître les candidats, qui ont raconté avoir subi déjà plusieurs transplantations.

Attente de don d’organes

La diffusion de l'émission coïncidait avec le cinquième anniversaire du décès du fondateur de BNN, Bart de Graaff, mort après avoir attendu en vain un donneur pendant sept ans. «Cela fait un an que nous travaillons à ce “coup”, mais nous n'avions pas escompté que cela serait un tel succès», a avoué Laurens Drillich, le directeur de BNN.

ATTENTE Selon l'Association des malades rénaux aux Pays-Bas, 1.088 malades du rein sont actuellement en attente d'une greffe et l'attente est en moyenne de 4 ans.