Séries TV: Les chaînes surfent sur la vague du «binge watching» avec plus ou moins de succès

TELEVISION Il n’est plus rare de voir en soirée trois épisodes inédits d’une même fiction diffusées à la suite, comme le fait TF1 ce mardi soir avec sa nouvelle série «Forever»…

Anaëlle Grondin

— 

Extrait de la série américaine «Forever».
Extrait de la série américaine «Forever». — Warner Bros

Triple dose de plaisir. Lundi soir, les amateurs de la série Major Crimes ont pu apprécier non pas deux, mais trois épisodes inédits à la suite de la série américaine sur France 2. Ce mardi soir, le même bonheur attend les téléspectateurs qui ont accroché à Forever sur TF1 et ceux qui suivent Sleepy Hollow sur 6ter. Depuis le début de la saison, les chaînes de télévision ont multiplié ces soirées « binge watching », qui finissent assez tard. Il y en a eu pour Broadchurch, Blacklist, Person of Interest ou encore Unforgettable. Arte a même diffusé récemment les six épisodes de The Wrong Mans en une seule soirée.

Un privilège réservé à certaines fictions

Ce type de programmation est privilégié dans des cas bien précis. « Les séries feuilletonnantes s’y prêtent particulièrement », indique à 20 Minutes Stéphanie Bremond, directrice déléguée de l’antenne de France 2. Tout comme les séries extrêmement attendues comme Broadchurch. Pour ce qui est de Major Crimes, qui en est à sa première saison, la chaîne diffuse trois épisodes inédits car elle n’avait pas de rediffusions à proposer en deuxième partie de soirée. Du côté de TF1, c’est surtout une manière « d’événementialiser » le lancement d’une nouvelle série, de la faire connaître très rapidement et d’amener le téléspectateur à « se plonger dans ce nouvel univers ».

Lorsque les épisodes ne dépassent pas les trente minutes, c’est aussi un bon moyen pour France 2 de ne pas démarrer sa deuxième partie de soirée avant ses concurrents puisque la chaîne publique ne diffuse pas de publicités en soirée.

Une tendance, alors que les téléspectateurs décrochent

Si elles ne sont pas amenées à être généralisées à toutes les séries, les chaînes ont l’air plutôt satisfaites de leurs soirées « binge ». Pourtant, les résultats d’audience de chacune de ces (longues) soirées, fournis par Médiamétrie, montrent que les téléspectateurs décrochent systématiquement au troisième épisode. Le 28 avril par exemple, le premier épisode de Forever diffusé en prime time sur TF1 réunissait 7,1 millions de téléspectateurs, contre 5,6 millions pour le troisième de la soirée proposé à partir de 22h30.

Même tendance pour Major Crimes et aussi pour Broadchurch, qui connaît pourtant un succès immense sur France 2. Le 6 avril, la chaîne a perdu 900.000 téléspectateurs entre le premier et le troisième épisode ce soir-là. « Il y a très peu de gens qui regardent trois épisodes d’une série à la suite à la télévision, admet Stéphanie Bremond. En revanche, c’est un bon moyen de rentrer dans une fiction et on a plus de chance qu’un téléspectateur reste ensuite sur la chaîne avec trois épisodes qu’en proposant autre chose », justifie-t-elle.

Le succès tout de même au rendez-vous grâce au « replay »

Aliette de Villeneuve, responsable du pôle contenus de NPA Conseil, cabinet spécialisé dans les médias, estime que ces soirées plus longues consacrées aux séries sont « une conséquence de l’intégration du différé dans les mesures d’audience » depuis l’an dernier. « Le replay n’est plus un obstacle aux audiences en linéaire, affirme-t-elle. Il est complémentaire de la diffusion traditionnelle. » TF1 confirme. La chaîne reconnaît qu’il y a « un petit décrochage » en fin de soirée, mais explique qu’elle compte énormément aujourd’hui sur la télévision de rattrapage. « Les épisodes diffusés en fin de soirée cartonnent souvent en replay sur sept jours », explique la chaîne privée, indiquant que Forever a gagné 1,1 million de téléspectateurs sur une semaine grâce à cet usage « qui se développe énormément ».