VIDEO. «On n'est pas couché»: Caroline Fourest a effectivement traité Aymeric Caron de «con»

TELEVISION Invitée pour la sortie de son nouveau livre, l’essayiste et le chroniqueur de l’émission ont bien eu, comme prévu, de très vifs échanges…

Anne Demoulin

— 

Aymeric Caron et Caroline Fourest sur le plateau d'«On est pas couché», diffusé le 3 mai 2015.
Aymeric Caron et Caroline Fourest sur le plateau d'«On est pas couché», diffusé le 3 mai 2015. — Capture d'écran/France 2

Un clash attendu et une ambiance tendue sur le plateau d’On est pas couché ce samedi. Invitée pour la sortie de son livre Eloge du blasphème, la journaliste et essayiste Caroline Fourest a eu un très vif échange avec le chroniqueur Aymeric Caron. Un clash annoncé dès mardi sur le site de Pure Médias, et qui a fédéré 1,5 million de téléspectateurs, soit  23,8% de part d’audience, selon Médiamétrie.

«Le livre n’est pas tout à fait conforme à l’esprit du 11 janvier»

«Le livre n’est pas tout à fait conforme à l’esprit du 11 janvier. L’esprit du 11 janvier, c’est à la fois dénoncer les intégrismes, dénoncer la barbarie, dénoncer le terrorisme (…) Ce qui m’a gêné dans ce livre, c’est que j’ai lu beaucoup de règlements de comptes, notamment à l’égard de ceux qui ont une vision de l’antiracisme qui n’est pas tout à fait conforme à la vôtre», a lancé dès le début de l’émission Aymeric Caron à Caroline Fourest.

«Ok, je sais que c’est le jeu, je sais qu’il faut clasher mais je suis tellement fatiguée que vous rameniez tout à des trucs hypermesquins», lui a rétorqué l’essayiste.

«Malheureusement, il vous arrive d'être condamnée»

Le ton est monté à la suite d'une différence d'interprétation concernant certains propos tenus par le passé par la militante Rokhaya Diallo. «Je défends une méthode de travail», a soutenu Aymeric Caron. Ce à quoi Caroline Fourest a rétorqué: «Je ne vais pas prendre de leçon de vous. Avec le nombre d'adversaires que j'ai, je peux vous dire que j'essaye justement d'être la plus rigoureuse possible!»

«Malheureusement, il vous arrive d'être condamnée», a continué Aymeric Caron, évoquant la condamnation du 23 octobre 2014 par la 17e chambre du tribunal de grande instance de Paris de Caroline Fourest pour avoir diffamé une jeune fille musulmane voilée victime d'une agression à Argenteuil, dans le cadre de sa chronique du 25 juin 2013 sur France Culture. Une remarque qui a profondément énervé l'essayiste.

«Ça me fait chier de parler à quelqu’un d’aussi con»

«Votre acharnement à essayer de discréditer les gens qui essayent de bosser correctement est dégueulasse. C'est dégueulasse!», a lancé Caroline Fourest, qui a ensuite affirmé avoir gagné ce procès en appel.

«Vous avez une obsession qui est celle de discréditer les gens, parce que vous avez un problème de confiance en soi. (…) Je m'en fous de vos questions! En fait, ça me fait chier de parler à quelqu’un d’aussi con que vous, je suis désolée», a répliqué la jeune femme.

«La négation totale et absolue du débat»

«Je ne discute pas avec quelqu’un qui insulte les autres, comme vous venez de le faire à mon égard. C’est la négation totale et absolue du débat», a répliqué Aymeric Caron.

Finalement, Laurent Ruquier a repris la parole pour essayer de calmer le jeu. Aymeric Caron a refusé de poursuivre la discussion avec Caroline Fourest: «Depuis que je suis dans cette émission, je n’ai jamais vu un seul invité insulter les journalistes qui posent les questions. C’est ça la vision que vous avez de l’exercice démocratique ? Je suis halluciné!»,  le chroniqueur.  «Franchement Aymeric, vous en faites une affaire personnelle», a conclu Laurent Ruquier.

Depuis l'enregistrement lundi, Caroline Fourest a déploré l'attitude d'Aymeric Caron, tandis que ce dernier a dénoncé de sa part «le mensonge de trop».