«Koh-Lanta»: Trois jeux de survie qui vont beaucoup plus loin

TELEVISION Les conditions du jeu d'aventure de TF1 vous paraissent extrêmes? Or, certains nouveaux concepts malmènent davantage les candidats, et sans gain à la clé, comme bientôt «The Island», sur M6… 

A.L.

— 

Dans
Dans — National Geographic

Jeff s’est entaillé la main avec une machette, Corinne s’est blessée en tentant de faire du feu… Ce vendredi soir vous ne serez encore qu’admiration et compassion pour les valeureux candidats de Koh-Lanta que vous verrez suer et trimer... depuis votre canapé. Et pourtant, Koh-Lanta, c’est (presque) le Club Med. En tout cas, si l’on compare l’émission, diffusée depuis 2001 en France, aux concepts de jeux de survie qui poussent, en 2015, le curseur encore plus loin. Et souvent sans gain. Par pur amour de la survie.

«The Raft», au milieu des requins

Prenez The Raft. Deux duos de candidats sont largués une semaine sur un canot au milieu du triangle des Bermudes, près des côtes de Porto Rico, sans eau ni nourriture, dans une mer infestée de requins (à 1'48...). Aucun membre de la production à bord, les candidats filment l’aventure seuls, à l’aide de petites caméras. Un bateau de secours («mothership») peut être appelé. C’est tout.

En présentant le programme américain* fin avril lors du dernier MipTV, marché géant de programmes à Cannes, les co-fondateurs de la société d’analyse The Wit, qui scrute toute l’année les nouveaux programmes pondus par les sociétés de production du monde entier, s’étonnaient des limites repoussées par le concept. «C’est très surprenant, je ne connais aucun programme plus flippant!», commentait le co-fondateur de The Wit Bertrand Villegas en évoquant des images qu’il avait pu visionner où le candidat «appelle le bateau de secours parce qu’il est au bord de claquer. Ce n'est pas du pipeau. Ils manquent de nourriture, ils sont déshydratés, ils ont peur des requins…».

The Wit notait ainsi une tendance aux jeux de survie de plus en plus extrêmes. «Alors que dans Koh-Lanta, les jeux sont mis en avant, on entre là dans ces concepts où il s'agit moins de jeux que d'épreuves, commente Virginia Mouseler, de The Wit. Avec un côté plus authentique en se concentrant sur la confrontation à la nature, et surtout, sans rien à gagner.»

*Acheté par National Geographic, The Raft serait «sorti du catalogue», nous informe la chaîne sans plus de précisions. 

«Naked and Afraid», la chair de poule à poil

Autre concept lancé à l’été 2013 par Discovery Channel, Naked and Afraid, sorte de Koh-Lanta nudiste. Pendant 21 jours, les candidats (un duo homme/femme) plongés dans une nature hostile, ne disposent ni de nourriture, ni d'abri.. ni de vêtements. Le seul enjeu: s'en sortir, pour la gloire, et toujours sans gain. Etant donné le succès du programme, Discovery Channel s’apprête à lancer un spin-off, un Naked and Afraid XL, autour de 12 anciens candidats qu’ils vont à nouveau lâcher dans les mêmes conditions 40 jours et 40 nuits. «Il n’y a rien à gagner. Il s‘agit de trouver la volonté de survivre et d’aider les autres à trouver la leur», s'enthousiasmait fin mars auprès du Hollywood Reporter le patron de Discovery, très féconde en concepts du genre: Survival Live ou Rival Survival, pour les plus récents. 

«Il y a énormément de programmes de survie sur le câble américain, note Bertrand Villegas. Cela fait toujours de la bonne télé d’avoir des gens qui se dépassent et prennent des risques fous... Et il y a désormais une tendance à faire évoluer la survie sur les grandes chaînes.» On notera par ailleurs la belle traduction du programme en France. Les Québecois ont traduit Seuls et tout nus. Et les Français: Les Boules et les Chocottes

«The Island» , des Robinson caméramen

Et en France alors? Justement, on y est. Le 19 mai arrive The Island: seuls au monde, un programme adapté d'un format britannique par Shine France pour M6 et dont 20 Minutes, qui a pu visionner les premières images, livrera les détails prochainement. «Seuls au monde», parce que les 13 candidats - des hommes, seulement - qui doivent survivre quatre semaines sur une île déserte, située au Panama, filment seuls leurs exploits de survie, et les seuls éventuels secours sont «à dix minutes en bateau». Chacun a un sac à dos, une trousse de secours et des jerricans d'eau, mais comme dans The Raft ou Naked and Afraid, aucune élimination, aucun gain. Simplement la gloire de passer l'épreuve du jeu sans secours.