Cyril Hanouna: «Je ne veux pas que mes chroniqueurs jouent un rôle, sinon ça m'énerve»

INTERVIEW Ce jeudi à 20h50 sur D8, l'animateur déjanté présente sa nouvelle émission de parodies, «CQFD!»... 

Clio Weickert

— 

L'animateur Cyril Hanouna
L'animateur Cyril Hanouna — Darius Salimi/Wekapture/ABACAPRESS.COM

Cyril Hanouna est partout, tout le temps. Après Touche Pas à Mon Poste, Touche Pas à Mon Prime ou L'Œuf ou la poule, il présente CQFD!, Ce Qu'il Fallait Détourner!, sur D8. Au programme, des parodies d'émissions télé avec sa bande de potes, Manu Payet, Jamel Debbouze, Kev Adams et bien d'autres. Entre montage, promo, TV et radio, l'animateur survolté et surbooké s'est confié à 20 Minutes et a accepté de répondre à nos questions 100% Hanouna. 

Les parodies, pourquoi «ça vous fait marrer»?

J’ai toujours aimé ça. Quand j’étais jeune, il y avait les Inconnus à la télé et j’étais comme un fou! J’adorais les Nuls aussi, et aujourd’hui j’aime beaucoup le Palmashow. Pour moi ça manquait, je trouvais qu’il n’y en avait pas assez. Et puis j’adore mettre des perruques! Faire des personnages, c’est mon bonheur.

Professionnellement, entre la radio et la télé, l’animation et la production, à quoi «ne faudrait-il pas toucher»?

Touche Pas à Mon Poste. On s’éclate tellement, on a un espace de liberté énorme et je pense que les gens le voient. On s’amuse, on est en direct et on fait ce qu’on veut…

Dans votre carrière, quels sont «vos trophées du poste» ?

TPMP bien sûr, mais aussi la radio, parce que je vais aller de plus en plus vers ça. Mais j’ai peur du moment où je vais devoir quitter TPMP. Je vais tomber en dépression après, mais chaque jour nous rapproche de la fin quoiqu’il arrive… 

«Vos étoiles du poste»?

Camille Combal. Mon jugement est un peu biaisé parce que c'est un pote qui m'est très cher. Je l'ai aimé avant de le connaître. Moi j'apprécie les animateurs populaires et familiaux. Il n'est pas vulgaire, il est drôle, c'est le mec avec qui on a envie d'être en soirée. Après il y a Bertrand Chameroy, il est très à l'écoute et s'améliore de jour en jour. Mais aussi Jean-Luc Lemoine, Valérie Bénaïm, des valeurs sûres qui ont beaucoup de talent. Et Enora Malagré qui s'assagit et devient de plus en plus elle-même dans l'émission. Je ne veux pas que mes chroniqueurs jouent un rôle, sinon ça m'énerve.

Le «taulier» du PAF?

Il y en a plusieurs. Je dirais Nagui parce qu'il se renouvelle à chaque fois, il est drôle et il est à l'antenne comme il est dans la vie. Patrick Sébastien et Arthur aussi. Avec lui, on se connaissait sans se connaître et je me suis rendu compte que c'est vraiment un mec bien. Il ne laisse rien au hasard, c'est quelqu'un de très fiable sur qui on peut compter. Je n'aime pas du tout les mecs qui se disent: «Je vais mettre mon costume, je vais me faire un brushing et devant les téléspectateurs je vais changer de personnalité.»

Votre dernier «coup de cœur»?

Les Anges de la rue. C'est une association qui s'occupe de SDF et qui fait un travail exceptionnel. Ils ont construit des tentes pour les sans-abri qui sont logés, nourris, et réinsérés. Cette association redonne le sourire à ces gens qui ne croyaient plus en rien. Je ne les lâche pas et le prochain jeu que je vais créer va tourner autour d’eux. Tous les défis que je vais faire et tout l'argent qu'on va récolter seront pour eux.

Dernier «coup de gueule»?

Que le CSA n'a pas retenu ma candidature pour passer au moins l'oral pour la présidence de France Télévisions! Non, mon coup de gueule, c'est qu'il y ait des gens qui n'ont pas compris que c'était une blague.

Votre dossier n'a pas été retenu, «on s'en fout ou on est comme des fous»?

Je m'en fous mais ce qui est drôle c'est que certains l'ont pris au premier degré. Ça m'a fait marrer. Je n'aurais jamais été président, je vais laisser ça aux gens qui savent le faire, je n'ai pas les compétences. 

Voici et Le Canard Enchaîné vous ont récemment dézingué, «vous zappez ou vous matez»?

On ne va pas dire qu'on zappe. Au début ça nous a un peu énervés puis on s'est marré. Toutes les semaines, il y a quelque chose de faux qui sort, on essaie de me trouver des poux dans la tête. Mais pour moi, ce qui compte c'est comme dans Qui veut gagner des millions?, c'est l'avis du public. Il nous donne de vrais conseils et a un regard beaucoup plus aiguisé que certains professionnels.

C'est bientôt la fin de la saison, «ce qu'il ne fallait pas louper» pour vous cette année?

J'espère que ce sera CQFD jeudi et que les gens vont se marrer. Et le saut de Gilles Verdez quand on lui a fait croire qu'il allait sauter de très haut...C'est le plus gros fou rire de ma vie!