Trois secrets de «Mad Men» livrés par son créateur Matthew Weiner

SERIES TV Alors que «Mad Men» touche à sa fin, son créateur Matthew Weiner était l’invité du festival Séries Mania, à Paris…

Annabelle Laurent

— 

Don Draper (Jon Hamm) et ses enfants, à lépisode 13 de la saison 6.
Don Draper (Jon Hamm) et ses enfants, à lépisode 13 de la saison 6. — AMC

Que nous a réservé Matthew Weiner pour la fin de Mad Men*? Nous le saurons dans quelques semaines. En attendant, c’est d’un autre season finale que le créateur de la série est venu discuter dimanche à Séries Mania, face à une salle comble: celui, bouleversant, de la saison 6, In care of [celui du chocolat Hershey’s].

A lire: Au moins trois raisons de profiter de Séries Mania 

Au détour d’une analyse détaillée avec Olivier Joyard (Inrockuptibles), à retrouver bientôt en vidéo sur le site de Séries Mania, le showrunner et ancien scénariste des Sopranos n’a pas été avare en confidences sur la série qu’il porte depuis presque 15 ans. Petite sélection.

Il maîtrise tout dès l’écriture du script

Mad Men est tout sauf une série didactique qui vous prend par la main. Matthew Weiner le concède: il «déteste l’exposition». «Je ne supporte pas des phrases comme "On se connaît depuis combien de temps, déjà?"», auxquelles la fiction doit parfois recourir au nom de la compréhension. «J’essaie de construire les choses, s’il faut à plusieurs épisodes de distance. Mais en ayant toujours peur que ce ne soit pas assez clair». Au sujet de son écriture des dialogues, il évoque une sorte de «transe», dans laquelle il prononce à voix haute ses idées, notées par un autre scénariste, et sans interruption, sans quoi il perd ses idées. Le dialogue est réussi à ses yeux s’il contient «au moins un peu d'humour».

Ses scripts sont extrêmement précis. «J’écris qui est assis où, qui ouvre la porte ou la referme. Les acteurs ont parfois l’impression d’être des marionnettes, mais si tu t’assois où ça te chante, tu peux ruiner un dialogue». Si Jon Hamm voulait faire face à la caméra, lui qui est souvent filmé de dos (mais «je ne travaille jamais de façon symbolique», assure Matthew Weiner), gare à lui.

Savez-vous vraiment tout de «Mad Men»? Testez-vous par ici 

John Slattery, Matthew Weiner, Elisabeth Moss, Christina Hendricks, January Jones et Jon Hamm, le 23 mars 201 - Charles Sykes/AP/SIPA

Les acteurs n’improvisent pas

Jon Hamm, Elisabeth Moss et les autres n’ont pas leur mot à dire. «Ce n’est pas que je les en empêche: ils n’ont aucun désir d’improviser», répond tranquillement Matthew Weiner, qui raconte s’être seulement «battu» avec John Slattery (Roger Sterling), à la saison 1, sur une ligne de dialogue qu’il n’arrivait pas à dire. «Je lui ai montré, il l’a dit, et n’a plus jamais rien dit depuis! Et on lui a donné des dialogues de plus en plus durs ensuite», s’amuse-t-il. «Je crois en l’improvisation», dit-il. Mais pas pour Mad Men. «De la même façon qu’il ne fallait pas de caméras à l’épaule, il ne fallait pas d’improvisation. En réaction à tout ce qui se faisait déjà à la télé. J'adore The Office, mais je voulais autre chose.»

Don n’est pas un anti-héros

Depuis près de huit ans, chaque spectateur de Mad Men s’est forgé une perception très personnelle du personnage de Don Draper, entre compassion et déception, admiration et pitié. Quel portrait Matthew Weiner fait-il de son héros? Ou anti-héros? Justement, «pour moi, Don n’est pas un anti-héros. Il est plus proche d’un homme normal», rectifie Matthew Weiner, qui le voit avant tout comme un homme «très faible, comme la plupart d’entre nous», et dont la «honte est le moteur».

Au sujet de son alcoolisme (dont Don fait l’aveu dans ce fameux In care of, avec l’impensable «I've gotten out of control»), Matthew Weiner se pose la même question que nous, ne sachant pas si «sa dépendance physique est la cause de ses problèmes, ou leur symptôme.» Un personnage comme Don Draper est en tout cas rarement choisi pour la télévision, estime-t-il. «Don est ce père qui dit qu’il ira voir ton match de baseball et le rate. On ne voit jamais ces gens-là à la télé. Parce qu'on est plus à l’aise avec des personnes qui tuent des enfants à bout portant qu’avec ceux qui ne vont pas aux matchs de leurs enfants.»

*Canal+ entame ce jeudi 23 avril la diffusion du second volet de la saison 7.