VIDEO. La recette gagnante de Michel Cymes en cinq ingrédients

TELEVISION Arrivé sur le petit écran en 1991, le médecin fait partie des animateurs préférés des Français grâce à un style bien à lui… 

Anaëlle Grondin

— 

Michel Cymes dans «Le Magazine de la Santé» sur France 5 en 2013.
Michel Cymes dans «Le Magazine de la Santé» sur France 5 en 2013. — Delphine Ghosarossian / FTV

Après plus de vingt ans à la radio et à la télévision, Michel Cymes est toujours très courtisé. Le médecin star du PAF anime Le magazine de la santé, Allô, docteurs!, Les pouvoirs extraordinaires du corps humain ou encore Tout le monde joue avec la mémoire, diffusé pour la première fois ce mardi en prime time sur France 2. Alors que les téléspectateurs l’adorent, Michel Cymes jure à 20 Minutes qu’il n’a «pas de recette»: «Je suis comme je suis dans la vie, un peu déconneur, sérieux quand il le faut, le plus spontané possible.» Voici toutefois cinq ingrédients qui font incontestablement son succès.

Interview: «A l’époque, on me répétait qu’il ne fallait pas déconner à l’antenne»

1. Des vannes

Et si possible des vannes salaces. Michel Cymes ne peut pas s’en empêcher. Au grand dam de sa consœur Marina Carrère d'Encausse, avec qui il présente Le magazine de la santé et Allô, docteurs! sur France 5. Grâce aux interventions cocasses du docteur, ses émissions sont une mine d’or pour les zappings. «Les gens qui ne connaissent pas peuvent penser qu’on fait une émission humoristique. C’est quand même très sérieux», commente (très sérieusement) Michel Cymes. 

2. Du franc-parler

Michel Cymes a un avis sur tout. Même lorsque cela ne concerne pas la santé. Il s’exprime beaucoup sur les réseaux sociaux et dans les médias, toujours avec le même franc-parler. Après les attentats de Paris et le message de Dieudonné sur Facebook («Je suis Charlie Coulibaly»), il a même déclaré sur RMC au sujet du polémiste: «C’est un psychopathe. On peut l’hospitaliser en milieu carcéral.» «Le risque d’être très spontané dans la vie c’est d’aller trop loin, mais je ne sais pas faire autrement», réagit Michel Cymes. «Quand il y a des choses qui m’énervent et me touchent, je m’exprime grâce à Twitter notamment. Je ne sais pas si j’ai raison de le faire, mais j’ai parfois besoin de le faire. Peut-être que ce que je pense n’intéresse personne, mais ça me soulage.» 

3. Du cynisme

Drôle, direct et aussi pince-sans-rire. Michel Cymes est une sorte de Dr House du PAF. «Je suis cynique ou pince-sans-rire, c’est ma façon d’être», reconnaît-il avant d’ajouter, en toute humilité: «J’aimerais bien avoir le talent de Dr House, qui arrive à résoudre les cas les plus rarissimes. Si j’étais aussi bon que lui, je pense que je serais prix Nobel.» 

4. De la séduction

Les discussions autour de la sexualité, c’est le grand credo du docteur. Et c’est aussi ce qui lui a valu une image de séducteur. «C’est mon humour de carabin. Je fais des clins d’œil, des vannes en dessous de la ceinture», affirme-t-il en expliquant qu’il ne se considère pas véritablement comme un séducteur dans la réalité. Ceci dit, il fait remarquer: «La télé, c’est un métier de séducteur, comme le métier d’acteur.» 

5. De l’érudition

Les Français aiment aussi Michel Cymes parce qu’il est érudit dans son domaine et qu'il parvient à vulgariser la médecine avec une facilité et une aisance épatantes. D’ailleurs, le chirurgien spécialisé en ORL exerce toujours. «J’anime des émissions, oui, mais mon métier c’est médecin. J’exerce deux matinées par semaine dans un hôpital», précise-t-il. Le docteur ne souhaite pas donner plus de détails sur son lieu de travail car il veut «hypercloisonner [sa] vie personnelle.» La peur de voir arriver une horde d’admiratrices muées en malades imaginaires?