Hollande s’invite sur Canal+ à l’occasion de ses trois ans à l’Elysée

TELEVISION Le chef de l'Etat voulait anticiper la date anniversaire pour «prendre la main» et imprimer le ton et l'esprit d'un «bilan et d'une perspective» du quinquennat...

20 Minutes avec AFP

— 

François Hollande pose sur le balcon de son bureau à l'Elysée, le 24 février 2015.
François Hollande pose sur le balcon de son bureau à l'Elysée, le 24 février 2015. — ERIC FEFERBERG / POOL / AFP

Bousculer les codes de la communication présidentielle, prendre les devants et s'adresser à un public ciblé de jeunes urbains: François Hollande est à la mi-journée ce dimanche l'invité du Supplément de Canal+ à trois semaines du troisième anniversaire de son élection, le 6 mai 2012.

«Agir pour ne pas subir»

L'entourage du chef de l'Etat revendique cette volonté d'anticiper la date anniversaire pour «prendre la main» et imprimer «le ton et l'esprit» d'un «bilan et d'une perspective» de ce quinquennat avant que d'autres ne s'en chargent à sa place. Ce qu'il résume d'une formule: «agir pour ne pas subir».

Hollande sur Canal+: «Une opération reconquête de l’électorat bobo»

A partir de 12h30, François Hollande va donc se soumettre à la règle du jeu de cette émission dominicale d'«infotainment», qui mêle information et divertissement, dans la droite ligne de l'«esprit Canal» incarné par son animatrice Maïtena Biraben.

Affronter un bilan plutôt sombre

En attendant les effets salvateurs d'une hypothétique reprise économique qu'il qualifie lui-même de «fragile», François Hollande doit affronter un bilan plutôt sombre avec, en premier lieu, un chômage record et un pouvoir d'achat des Français en berne, sanctionnés par une série de défaites électorales et une impopularité abyssale.

Quatre reportages scanderont les grandes thématiques de l'émission diffusée en clair. Une équipe de la chaîne a suivi pas à pas le chef de l'Etat pendant une semaine, de l'inauguration de la réplique de la grotte Chauvet en Ardèche jusqu'à sa visite officielle en Suisse, achevée jeudi soir.

Pas de grandes annonces à attendre

Quant aux trois autres sujets, ils seront consacrés à la lutte contre le terrorisme, thème sur lequel François Hollande devrait longuement revenir, la montée du Front national dans une ville où ce parti s'est imposé et l'éducation, autre thème cher au président, avec une séquence tournée au lycée Guillaume Apollinaire de Thiais (Val-de-Marne). Cinq élèves de seconde de cet établissement seront d'ailleurs sur le plateau de Canal+ pour l'interroger.

Les chroniqueurs du «Supplément» seront eux-aussi au rendez-vous: «L'inspecteur Beaugé» qui ne manquera sans doute pas de railler le noeud de cravate indiscipliné du président, Cyrille Eldin, parti à la rencontre du monde politique pour l'interroger sur l'image et l'action de François Hollande et Vincent Dedienne pour une biographie aussi «interdite» qu'imaginaire du chef de l'Etat. Une mise en danger de l'image présidentielle assumée par l'Elysée, d'autant que François Hollande lui-même résiste rarement à un bon mot.

Sur le fond, pas de grandes annonces à attendre de cette émission dont l'audience tourne généralement autour du million de téléspectateurs. L'entourage du président évoque tout juste de possibles précisions à propos de la loi sur le dialogue social qui doit être présentée mercredi prochain en Conseil des ministres, du compte personnel d'activité, du numérique ou de la simplification administrative. Aux grand-messes des 20 heures ou des grands rendez-vous politiques de première partie de soirée les grandes annonces, laisse-t-on entendre de même source.