DogTV: «Certains de nos abonnés n'ont même pas de chien. Beaucoup fument, je crois»

INTERVIEW A l’occasion du 52e MIPTV qui se tient à Cannes jusqu'à jeudi, rencontre avec Ron Levi, le fondateur de DOGTV, la chaîne lancée en France le 1er avril et destinée aux chiens désœuvrés…

Annabelle Laurent
— 
DogTV, accessible sur le canal 110 des box Orange depuis le 1er avril 2015
DogTV, accessible sur le canal 110 des box Orange depuis le 1er avril 2015 — DogTV

De notre envoyée spéciale à Cannes

Une chaîne pour les chiens. On est d’accord que c’est une blague? La question s’est d’autant plus posée qu’en France le lancement s’est déroulé – sur le canal 110 de la TV d’Orange, le 1er avril dernier. «C’était involontaire…et problématique pour être pris au sérieux», s’amuse Ron Levi, habitué aux réactions sceptiques depuis la naissance de Dog TV USA en août 2013. Au MIPTV, marché géant des programmes, il n’enchaîne pas moins les rendez-vous. 

Vous avez expliqué qu’au départ de DogTV, il y avait votre chat, qui s’ennuyait?

Quand je partais chez moi, il avait ces yeux tellement tristes qui m’imploraient: «Ne me laisse pas!». C’était le meilleur chat du monde, je me sentais mal de le laisser. Alors j’ai pensé à le divertir, en lui téléchargeant – c’était en 2006 - des trucs d’Internet. Des oiseaux, des écureuils, des poissons… Il restait scotché, et il avait l’air tellement heureux tout d’un coup.

Et finalement vous créez une chaîne  pour chiens. Injuste pour ce chat qui vous a inspiré…

C’est vrai. Mais il a été montré que les chiens sont bien plus tristes d’être laissés seul à la maison que les chats, plus individualistes et indépendants. Des études de marché nous ont ensuite montré que les gens avaient déjà l'habitude de laisser leurs chiens devant la télé. Et puis ils traitent leurs chats comme des chats, mais leurs chiens… comme des enfants. DogTV est une babysitter. 

Certains des programmes visent la relaxation, d’autre la sensibilisation. A quoi? 

Les chiens ont peur de beaucoup de choses: feux d’artifice, orages, aspirateurs… mais en les y exposant à faible dose, ils s’habituent. Des chercheurs de Belfast ont montré qu’un groupe de chiots exposé à ces sons était adulte moins stressé qu’un groupe qui n’y avait pas été exposé. 

Aucun risque que le chien soit agressif?

Il peut se dire «que fait cet autre chien – sur l’écran - chez moi» et être agressif. Auquel cas je dis au propriétaire que DogTV n’est sans doute pas pour eux. On recommande de tester d’abord sa réaction. Certains ont annulé leur abonnement. Mais c’est un tout petit pourcentage.

Et le binge-watching? Si le chien ne décolle plus de l’écran? 

Ça n’arrivera pas! Un chien a une durée d’attention très limitée, il s’ennuie vite. On a fait des tests en posant des caméras dans 38 appartements à New York et Los Angeles, six heures par jour, en leur montrant CNN, Animal Planet et DogTV. En moyenne le chien regarde la télé 10% du temps. D’où les six minutes maximum de nos vidéos. Ils ne vont pas regarder Birdman!

A lire: Cinq émissions qui sont allées chercher (trop) loin leur concept

Et si un maître se risque à regarder DogTV, il devient fou?

Des gens nous écrivent pour nous dire: j’ai la chaîne, et je n’ai pas de chien. «Ça me détend, la musique est super, il n’y a pas de pub.» Ces gens qui ont DogTV pour eux, je les adore. Beaucoup fument je crois! C’est parfois une chaîne un peu psychédélique… Mais il y a aussi des programmes à regarder ensemble, comme Dogstar, avec une animatrice qui présente des vidéos de chiens que les gens nous envoient. On va faire de plus en plus d’émissions comme celles-ci, les gens en redemandent. En français aussi, j'espère.

Comment réagit le marché français à votre arrivée?

Bien. Les gens nous écrivent. Après l’arrivée gratuite sur Orange, on pourrait passer sur des plateformes payantes. Le marché français nous attirait depuis des années: il y a plus de 10 millions de chiens en France, c’est l’une des plus grandes populations d’Europe, et le marché grandit très vite.

Et maintenant?

La Chine bientôt, puis l’Amérique du Sud, l’Asie. Et cet été, je travaille avec Andrew Dost, le chanteur de FUN (We are Young), qui a déjà signé la BO de plusieurs épisodes – il m’a contacté lui-même en me proposant son aide – à l’organisation du premier concert pour chiens à Los Angeles! On espère que les gens viendront écouter la musique avec leurs chiens. J’espère qu’on pourra faire ça en France. Devant la Tour Eiffel!