Crash en Argentine: Philippe Candeloro défend la production de l'émission «Dropped»

TELEREALITE Le champion de patinage a déclaré à «Entrevue» qu'Adventure Line Productions «a tout fait pour qu’il ne nous arrive rien»...

J.M.
— 
Philippe Candeloro, le 11 mars 2015, en Argentine.
Philippe Candeloro, le 11 mars 2015, en Argentine. — Natacha Pisarenko/AP/SIPA

Dans une interview à Entrevue publiée vendredi, Philippe Candeloro, l'un des candidats de l'émission Dropped, revient sur le crash des deux hélicoptères en Argentine, le 9 mars 2015, qui a causé la mort de dix personnes. «Ma survie tient surtout au fait que le départ des hélicoptères avait été retardé de six heures», explique l’ancien champion olympique de patinage au magazine. Pourquoi? « Les conditions météorologiques n’étaient pas "optimales". C’est ce que les pilotes nous ont dit.» Il poursuit: «Malheureusement, on ne saura pas exactement ce qui s’est passé.»

«Louis Bodin n'avait pas le choix»

En Argentine, une enquête est en cours pour déterminer les causes du crash. En France, le 3 avril, une information judiciaire a été ouverte en France pour homicide involontaire. Hubert Arthaud, le frère de la navigatrice Florence Arthaud décédée dans le crash, avait déjà émis des doutes sur la sécurité lors du tournage de Dropped. Mais Philippe Candeloro, lui, défend la production: «Adventure Line Productions a tout fait pour qu’il ne nous arrive rien.»

Au sujet de Louis Bodin, il déclare: «Etrangement après le crash, il ne m’a pas paru si effondré.» Et la séquence télé dans laquelle l'animateur s'exprime en direct devant les carcasses des engins? Philippe Candeloro explique: « Louis Bodin n’avait pas le choix.» Selon Philippe Candeloro, il a eu «du mal à dire non», notamment parce que TF1 «lui mettait la pression».