Pascale Clark réclame «la liste de ceux qui ont obtenu la carte de presse en 2015»

MÉDIAS L'animatrice de Radio France était l'invitée du Petit journal de Yann Barthès ce mardi sur Canal+...  

Anne Demoulin

— 

Pascale Clark sur le plateau du «Petit journal» de Canal+ ce mercredi.
Pascale Clark sur le plateau du «Petit journal» de Canal+ ce mercredi. — Capture d'écran/Canal+

La Commission de la carte d'identité des journalistes professionnels (CCIJP)  n’a pas renouvelé la carte de presse de Pascale Clark pour l’année 2015. Le 9 mars, dans son émission A'live, elle exprime sa colère: «Trente ans de carte de presse. Numéro 53 216. Partout je l'ai obtenue. Mais ça, c'était avant» et passe des disques : «DJ, on peut exercer sans carte professionnelle». Invitée du Petit Journal de Yann Barthès sur Canal+, Pascale Clark a dénoncé le manque de transparence de la CCIJP.

Pascale Clark veut «la liste de ceux qui ont obtenu la carte de presse en 2015»

«Qui sont ces gens qui décident d'un seul coup que vous n'êtes plus journaliste alors que visiblement pour Closer ça ne pose aucun problème? On ne peut pas leur parler... Ils ne publient pas la liste des gens qui obtiennent leur carte de presse», a-t-elle regretté.

«Je réclame la publication de la liste de ceux qui ont obtenu la carte de presse en 2015. Il n'y a pas de problème a priori sauf s'il y a des choses à cacher», estime la journaliste.

Pourquoi Pascale Clark n'a pas eu sa carte de presse

«Elle est davantage présentatrice que journaliste»

Le coup de gueule de Pascale Clark contre la décision du CCIJP, soutenu par Patrick Cohen, qui a déchiré en direct de la matinale d’Inter sa carte de presse en solidarité, et Christophe Hondelatte, a lancé le débat.

La présidente de la CCIJP, Bénédicte Wautelet, a expliqué ce choix sur le site du JDDla nature de sa nouvelle émission relève plus de l’entertainement que de l’information et le statut de Pascale Clark à Radio France, employée comme intermittente, est incompatible avec celui de journaliste.

Si la colère Pascale Clark a suscité de l’exaspération et quelques attaques,  elle aura au moins eu le mérite d’alerter de relancer le débat sur la paupérisation de la profession.

Une situation également dénoncée par Didier Tourancheau, ancien DRH de Libération, sur le site du quotidien au lendemain de l’appel de Pascal Clark sur Canal+.