«Des paroles et des actes»: «C'est la première fois que les gens pourront voir Macron longuement»

INTERVIEW David Pujadas reçoit ce jeudi, à 20h50, le ministre de l’Economie qui vivra sa première longue intervention à la télévision. Véronique Saint-Olive, rédactrice en chef de l'émission évoque les enjeux de ce rendez-vous...

Alice Coffin

— 

Emmanuel Macron au JT de France 2
Emmanuel Macron au JT de France 2 — Crhstiohe Russeil / France 2

L’émission a été déprogrammée deux fois. Emmanuel Macron devait venir sur le plateau de Des paroles et des actes, sur France 2, en janvier, puis en février, mais les attentats à Charlie Hebdo et le débat parlementaire à la suite du recours au 49-3, ont provoqué le report de l’émission. De quoi accroître la tension déjà présente puisqu’il s’agit de la première intervention médiatique prolongée du ministre de l’Economie. Véronique Saint-Olive, la rédactrice en chef de l’émission décrypte les enjeux de communication pour le ministre.

Quels sont les enjeux de l’émission avec Emmanuel Macron?

C’est la première fois que les gens vont pouvoir l’observer plus que quelques minutes à la télévision. Or, il se trouve qu’Emmanuel Macron est par ailleurs une personnalité qui intrigue beaucoup. C’est un type jeune, archi séducteur, complètement atypique dans le milieu politique. Il séduit autant qu’il agace. Il détonne et ne ressemble à personne à gauche comme à droite.

Il a dit oui tout de suite? En accord avec sa hiérarchie?

Je ne peux pas imaginer qu’il n’en ait pas parlé au chef du gouvernement. Mais lui n’a émis aucune réserve et a été immédiatement partant.

C’est un fortiche de la communication selon vous?

On va voir, justement! On le confronte à des personnalités de tous bords, tant en termes politiques qu’économiques. On va aussi le faire réagir à ses déclarations parfois contradictoires et à l’image qu’il renvoie.

Pour Des paroles et des actes aussi il y a un enjeu. La façon dont les médias parlent d’économie et l’idéologie qui en ressort fait toujours l’objet de critiques…

C’est vrai que pour nous aussi c’est très important. Mais cela tombe bien, l’actualité économique et politique, avec les départementales, est très riche.