Crash en Argentine: Quelles conséquences pour TF1?

TELEVISION Image, finance, grille des programmes, la chaîne TF1 est confrontée à une situation très complexe après l’accident entre deux hélicoptères sur le tournage de «Dropped»…

Alice Coffin

— 

Critiquée pour avoir diffusé des extraits d'enregistrements audio entre Mohamed Merah et les policiers, qui lui valent une convocation devant le CSA mardi, la chaîne TF1 s'est justifiée lundi en soutenant qu'ils contenaient des "informations très importantes".
Critiquée pour avoir diffusé des extraits d'enregistrements audio entre Mohamed Merah et les policiers, qui lui valent une convocation devant le CSA mardi, la chaîne TF1 s'est justifiée lundi en soutenant qu'ils contenaient des "informations très importantes". — Joel Saget afp.com

C’est le deuxième drame en deux ans. En mars 2013, un participant de l’émission Koh-Lanta mourait d’une crise cardiaque sur le tournage orchestré par la société de production ALP (Adventure Line Productions). La même qui produisait Dropped, là encore un jeu d’aventures et d’élimination. Ces événements placent TF1 en position compliquée et face à des enjeux d’image, d’argent et, plus prosaïquement, de grille des programmes, puisque la chaîne va devoir trouver une émission de remplacement pour ce qui devait être son événement de l’été.

Une question d’image

«Cela fait deux programmes de téléréalité autour de la survie qui se retrouvent endeuillés pour TF1, note Marie Lherault, sociologue des médias, auteure de La Télé Réalité pour les nuls. La chaîne avait supprimé Koh-Lanta de l’antenne pendant deux ans, avant de réussir à renouer avec l’image et les audiences de l’émission. Que va-t-il se passer maintenant? C’est d’autant plus problématique que le programme Dropped, fait pour générer de l’audience, avait recruté des personnalités à l’impact médiatique et émotionnel puissant. C’est cet impact qui peut précisément se retourner contre la chaîne et venir entacher cette image.» 

La chaîne peut limiter la casse avec une communication efficace. Elle devra d’abord éviter l’amalgame entre ce programme et la télé réalité en général. «Pour l’instant, la polémique sur la télé réalité ne peut pas être lancée, note Natalie Maroun, chercheuse et directice associé chez Heiderich Consultants. Le temps est au recueillement et à l’hommage et heureusement la polémique ne prend pas quand certains essayent de la lancer». Cela ne saurait pourtant tarder. Mais TF1 a quelques arguments à faire valoir.

«Il lui faudra montrer qu’il ne s’agit pas de téléréalité d’enfermement mais d’un jeu d’aventures, que cela aurait pu arriver sur le tournage d'Ushuaïa, note Marie Lherault. A cet égard, la réaction du compagnon de la nageuse Camille Muffat est très positif. Car il dit qu’elle était heureuse de participer à cette aventure. Si la chaîne parvient à montrer qu’il s’agissait d’un programme de dépassement de soi, que les accidents d’hélicoptère, comme celui dans lequel est mort Daniel Balavoine, font partie des risques presque acceptables dans des entreprises de dépassement de soi, alors cela peut amoindrir les répercussions négatives.»

Une question d’argent

A l’ouverture de la bourse, mardi matin, le cours de l’action de TF1 était en chute. Un signe parmi d’autres de l’impact financier de ce crash. «C’est aussi un accident industriel», note Marie Lheraut. Dropped en était à sa deuxième semaine de tournage et «les candidats seront certainement défrayés pour la totalité de l’aventure. Le manque à gagner est énorme pour la chaîne.» Ces enjeux financiers dépassent le seul cas de Dropped. «C’est l’ensemble des coûts de production de ce type de jeux d’aventures qui va être réévalué, estime Patrick Eveno, spécialiste des médias. Car, après un tel événement, les volontaires pour participer à ce type d’émissions demanderont à être payés plus chers, et surtout les frais d’assurance vont être beaucoup plus élevés.»

Une question de programmes

Dropped devait être le grand jeu estival de TF1. Un programme familial et fédérateur, susceptible de réunir un large public comme l’atteste l’identité des participants mêlant jeunes et plus anciennes générations de sportifs (Jeannie Longo ou  Alain Bernard, par exemple). «Nous sommes au mois de mars, cela laisse peu de temps à TF1 pour se retourner, pointe Marie Lherault. Il est trop tard pour produire une saga d’été. Il faut trouver un programme pas trop cher car, en été, il y a moins de monde devant la télé, donc, de manière générale, les chaînes investissent moins dans leurs grilles. La solution peut être de programmer une série américaine.» Joint par 20 Minutes, TF1 a précisé qu’il faudrait attendre un peu avant d’avoir des informations plus précises sur le déroulé des semaines à venir.