Philippe Candeloro dans
Philippe Candeloro dans — France 5

TELEVISION

VIDEO. Philippe Candeloro, trop graveleux? «Si on m’enlève ça, je n’ai plus rien à faire à la télé»

Invité de «C à vous» mercredi, l’ancien patineur est revenu sur ses «gauloiseries» lors des JO de Sotchi... 

Candeloro s’était déjà insurgé l’an dernier contre les «coincés de la fesse», au moment des critiques que lui valaient ses commentaires grivois et souvent sexistes sur les patineuses des JO de Sotchi. Un an plus tard, l'équipe de C à vous l'interrogeait à nouveau mercredi soir sur le sujet, après lui avoir rappelé quelques-uns de ses commentaires [rappelés par Acrimed ici] sur la poitrine d’une patineuse ou sur le «joli petit postérieur» d’une autre. 

>> La vidéo à voir par ici à partir de 52'

«C’est un peu votre spécialité, les gauloiseries», note Anne-Elisabeth Lemoine. «Ce qui a fait le succès de notre duo avec Nelson (Monfort), c'est que nous sommes complètement opposés, répond simplement Philippe Candelero. C'est ma marque de fabrique. Si on m'enlève ça, je n'ai plus rien à vendre et je n'ai donc plus rien à faire à la télévision.»

Regarder du patinage, «c'est chiant»

Fait-il, depuis, davantage attention? Oui, et c’est «dommage», répond-il. «Au bout d'un moment, on va la perdre la spontanéité (...) Dans ces cas-là, vos téléspectateurs vont se faire chier», déplore-t-il. Parce que regarder du patinage, «je pense que c'est chiant», poursuit-il. «Mon intérêt, c'est que le mec qui est dans son canapé et qui n'a jamais vu du patinage tombe dessus et se dise "Tiens, ça a l'air d'être sympa, c'est marrant"». 

Lors des JO de Sotchi, France Télévisions dans son ensemble avait été la cible de critiques, mais le tandem Nelson Monfort-Philippe Candeloro était le plus visé. Charlie Hebdo avait titré en une, «Des JO de merde commentés par deux trous du cul», avec, en illustration, les caricatures du duo de commentateurs. Le CSA avait mis en garde France Télévisions