«Le Majordome», révélateur des goûts cinématographiques de Barack Obama

CINEMA Dès ce soir, Canal+ diffuse «Le Majordome», film qui avait ému aux larmes le président américain, Barack Obama…

Benjamin Chapon

— 

Le majordome de Lee Daniels avec Forest Whitaker.
Le majordome de Lee Daniels avec Forest Whitaker. — Butler Films

Barack Obama sera-t-il devant Canal+ mardi soir pour revoir Le MajordomeL’anecdote de la larme présidentielle versée a fait plusieurs fois le tour de la planète. L’histoire est trop belle. Le premier président noir des Etats-Unis ému par la vie en images d’un majordome noir, joué part Forest Whitaker, qui a traversé quatre décennies de l’histoire américaine en servant sept présidents. Barack Obama avait assuré la promotion du film en demandant qu’il soit projeté dans la salle de cinéma privée de la Maison blanche.

La pratique n’est pas neuve mais a explosé sous les deux mandats d’Obama qui réclame régulièrement des projections privées. A chaque fois, le film choisi et la liste des invités sont chargés de symboles. Récemment, le président s’est ainsi fait projeter Lincoln, Milk, Mandela, 12 Years a slave… Politiques mais fédérateurs, ces films sur l’histoire du pays et ses héros exemplaires ont en commun de toujours être nommés aux Oscars.

L’Oscar de la coolitude

Parce que le président aime les Oscars. Tous ces films fétiches ont eu la glorieuse statuette: Le Parrain, Casablanca, Vol au-dessus d'un nid de coucou… Il y a quelques jours, Barack Obama s’est d’ailleurs fait projeter un film nommé pour l’édition 2015: Selma. Cette projection a été perçue comme une tentative d’étouffer les accusations de racisme qui commençaient à pleuvoir sur les Oscars. Le film qui suit la marche de Martin Luther King de Selma à Montgomery en 1965 concoure dans la catégorie Meilleur film. N’ont pas été nommés en revanche l’acteur principal David Oyelowo, ni Ava DuVernay, qui aurait pu être la première réalisatrice noire nommée pour l’Oscar du meilleur réalisateur.

Quand il s’épanche sur ses goûts cinématographiques, Obama évite les œuvres polémiques et choisit des films d’auteur et grand public à la fois. En 2012, Bêtes du sud sauvage, L'Odyssée de Pi et Argo formaient son top 3. En 2014, Boyhood a été son film préféré. Tout comme lorsqu’il parle série (il est fan de Homeland et House of Cards, il vénère The Wire, il regarde Modern Family en cachette, il s’est fait Broadwalk Empire en binge watching), Barack Obama apparaît comme le mec cool avec qui on voudrait parler des heures des destins de Walter White et Don Draper.

«Longue vie et prospérité» au couple Obama

Le seul goût un tant soit peu clivant de Barack Obama est sans doute son désamour déraisonnable de la saga Star Wars au profit de Star Trek. Le président a plusieurs fois posé en faisant le salut vulcain pour flatter le gros de l’électorat geek. Il a par ailleurs jugé «nauséabonde» la morale politique à l’œuvre dans Star Wars. En décembre 2014, au lendemain de la décision de Sony de ne pas distribuer le film The Interview, Barack Obama avait jugé qu’il s’agissait d’une «erreur». Quelques jours plus tard, Sony changeait d’avis. Mais l’affaire dépassait largement les simples questions de goût.

Michelle Obama avait aussi osé quelques confidences, racontant comment l’homme le plus puissant de la planète sanglote devant les comédies romantiques avec Jennifer Aniston ou Julia Roberts. Le couple présidentiel aura bientôt l’occasion de partager un copieux bol de pop-corn devant un film narrant leur propre rencontre en 1989 à Chicago. Le film, intitulé Southside with you, sera réalisé par Richard Tanne et produit par Warner, mais n’a pas encore de date de sortie officielle.