Camille Combal: Le «fayot» de Cyril Hanouna en pleine ascension

PORTRAIT Aux manettes de la matinale de Virgin Radio et prochainement de «L’œuf ou la poule?» sur D8, le chroniqueur de «Touche pas à mon poste» se voit propulsé en prime time ce vendredi avec son «Poste de surveillance»…

Anaëlle Grondin

— 

L'animateur Camille Combal présente «Le Poste de surveillance» sur D8.
L'animateur Camille Combal présente «Le Poste de surveillance» sur D8. — D8 / JP PARIENTE

«Tu diras au rédac’ chef que j’ai réussi à lire 20 Minutes en dix-huit minutes. J’étais trop fier». A peine arrivé au café pour notre rendez-vous lundi matin, Camille Combal, boute-en-train, balance des vannes à une allure folle. Comme s’il était à l’antenne avec ses potes de Touche pas à mon poste pendant sa chronique Le Poste de surveillance. Pourtant, l’animateur, qui affiche des cernes, a à peine dormi la nuit précédente et revient de sa matinale sur Virgin Radio.  

Du «service cadeaux» de Fun Radio à l’antenne

Mais Camille Combal a de quoi être de très bonne humeur. Tout lui sourit. Aux manettes de Virgin Tonic depuis la rentrée 2014, son Poste de surveillance est propulsé en prime time ce vendredi sur D8 et il a en plus été choisi par Cyril Hanouna pour lui succéder à la présentation de l’émission L’œuf ou la poule? sur la même chaîne. Une belle ascension. «Je m’organise comme je peux. Il faudrait pas me rajouter d’autres trucs», sourit-il, espiègle. Surnommé «le fayot» dans Touche pas à mon poste pour avoir pris un jour la défense d’Hanouna devant les autres chroniqueurs pour rigoler, il assure qu’être pote depuis longtemps avec le producteur et présentateur vedette de D8 ne fait pas tout. Il ne suffit pas non plus d’être à l’aise à l’antenne et de rigoler. Si la matinale de Virgin Radio est plus ou moins relax car il est constamment dans l’échange avec les auditeurs,  Le Poste de surveillance, «c’est énormément de boulot de préparation», assure Camille Combal. 

Le trentenaire originaire des Hautes-Alpes a «toujours eu envie de faire des blagues», mais ne «savait pas sous quelle forme» au départ. «Kad et O, Michaël Youn dans le Morning Live, Cyril Hanouna, ce sont des gars avec qui j’ai grandi et qui m’ont donné envie de faire rire», explique-t-il. Après avoir obtenu une licence en management d’entreprise à Aix-en-Provence, il décide d’aller à Paris pour faire des scènes ouvertes. Là-bas, Fun Radio le repère et lui propose un stage «qui a duré deux ans». «J’étais au service cadeaux. J’envoyais des compiles toute la journée. Les studios étaient à l’étage du dessus. Pour monter, je me suis proposé quand ils cherchaient un journaliste stagiaire pour faire des flash info, se souvient l’animateur. Je leur ai dit "ouais, t’inquiètes". Il faut toujours dire que tu sais faire!» C’est là-bas qu’il rencontre Cyril Hanouna pour la première fois. «Il était venu pour faire un test d’émission», raconte Camille Combal. «On se vannait à chaque fois qu’on se voyait. Il a toujours été bienveillant et faisait partie de ces quelques personnes vraiment sympa qui t’envoyaient un texto pour dire "bonne chance" dès que j’avais une nouvelle émission.»

«Je n’ai jamais sollicité personne» 

Après avoir «fait des blagues sur Fun Radio», NRJ l’a appelé pour remplacer Manu Payet au 6/9. Puis il a été recruté par Virgin Radio où il officiait le soir au départ. Entre-temps, il a fait ses premiers pas en tant qu’animateur télé sur NRJ 12 (du temps du 6/9) puis sur W9 et Canal+, dans L’Edition spéciale. «Un jour, Cyril Hanouna est parti sur D8 et il m’a dit "viens avec moi". J’étais super-content et je l’ai suivi», indique Camille Combal. Toute sa trajectoire est «le fruit du hasard», selon lui. A chaque fois, les propositions venaient à lui. «Je n’ai jamais sollicité personne», assure l’animateur.

En dehors du travail, Camille Combal n’a pas énormément de temps libre cette saison. Il dort, il regarde la dernière saison de Modern Family et rattrape la série Entourage. Il réfléchit aussi à son futur one-man-show. «J’ai encore passé mon samedi soir à parler que de ça», confie-t-il. Mais un spectacle entier, c’est du boulot. Il faut l’écrire, le répéter en province… La seule chose qu’il lui manque pour y arriver, selon lui, ce sont de précieuses heures pour pouvoir s’y consacrer pleinement. Il n’a pas peur des planches, dit-il. D’ailleurs, il lui arrive encore de faire des scènes ouvertes dans la capitale. «J’adorerais me lancer dès que j’aurai un petit peu de temps. J’en rêve, ce serait mon objectif de fou.»   

Le poste de surveillance de Camille Combal, vendredi 16 janvier à 20h50 sur D8. L'animateur propose aux téléspectateurs le «meilleur de la crème du best» du Poste de surveillance, sa chronique dans Touche pas à mon poste.