«C’est historique, on filme l’une des grandes images du siècle aujourd’hui à Paris»

TELEVISION Les médias étrangers sont présents en masse à Paris pour la marche républicaine...

Benjamin Chapon

— 

Une journaliste japonaise assure un direct place de la République à Paris le 11 janvier 2015 pour la marché républicaine
Une journaliste japonaise assure un direct place de la République à Paris le 11 janvier 2015 pour la marché républicaine — B.Chapon/20 Minutes

Tous les grands médias étaient représentés dimanche, place de la République, pour la marche républicaine, à Paris. Les télévisions américaines par exemple, ont dépêché à Paris non seulement leurs correspondants en Europe mais aussi certains de leurs présentateurs stars.

«C’est un événement historique, justifie Radina Sanchez, de CNN. On filme l’une des grandes images du siècle aujourd’hui à Paris. C’est historique parce que Paris est un symbole. C’est la France… Les Américains ont une relation forte, dans tous les sens du terme, avec les Français. Nous aimons vous voir tels que l’on vous imagine et tel que l’on vous jalouse: fiers et forts. A la rédaction, le jour des attaques, la réaction des journalistes a été «Oh non, pas Paris». Si la France est touchée, le monde est touché.»

Sans oser avouer que cette manifestation permet de réaliser de belles images, Cassandra Vinograd de NBC News explique: «On en a tous marre des images de prises d’otages, de violence ou de deuil. Là, on voit un peuple debout qui donne un message positif.»

«Une belle France unie»

Les grands médias francophones aussi sont très nombreux. «Les gens qui se réunissent ici aujourd’hui le font courageusement, pour la liberté, explique Pierre Boileau, de la RTBF. Le moins que l’on puisse faire, c’est de rendre compte de tout ça.»

«La presse suisse aime se moquer des Français quand ils se divisent, s’affrontent, pour les grèves… Là, on a une belle France unie», explique Isabelle Meurice, journaliste suisse installé à Paris.

«Je travaille pour sept journaux sud-américains explique Roberto Ramirez. Ils m’ont tous demandé des articles, beaucoup d’articles. Alors que d’habitude, la question du terrorisme islamique n’est pas une priorité là-bas.»

Pour se réchauffer, des journalistes radios internationaux plaisantent: «Ca fait du bien de couvrir une manifestation qui ne soit pas une nouvelle grève.»

Le dispositif «Charlie»

Les dizaines de cars régie des médias internationaux avec leurs innombrables antennes paraboliques stationnent depuis l’aube au nord de la place de la république. «C’est vraiment compliqué d’assurer le signal, explique Francis, technicien pour plusieurs médias francophones. Je ne sais pas s’ils ont des consignes mais les forces de l’ordre nous ont vraiment aidés à travailler.»

Les techniciens de la chaîne américaine NBC expliquent qu’ils ont  dû s’adapter aux circonstances exceptionnelles: «Nous avons plusieurs dispositifs techniques qui portent tous le nom d’événements exceptionnels pour lesquels ils ont été créés. On a le dispositif Philadelphie, le dispositif Simpson, le dispositif Manhattan. Là, on a créé le dispositif Charlie.»