VIDEO. Décès de Jacques Chancel: Quatre interviews très marquantes

MEDIAS Le journaliste a passé sa vie à interviewer des personnalités publiques. Parmi elles, quatre ont retenu notre attention…

Alice Coffin

— 

Jacques Chancel
Jacques Chancel — Sipa

Il faut toujours un peu se méfier des regards rétrospectifs, nostalgiques, admiratifs, sur les grands messieurs ou les grandes dames de la télévision. Mais à l’hommageomètre Jacques Chancel fait plutôt fort. Comme Denise Glaser et son Discorama, cette personnalité de la télévision française, décédée ce mardi à 86 ans, est d’abord perçue comme un intervieweur hors pair. Quelques exemples.

1. La plus amoureuse: Dalida

En 1979 Jacques Chancel reçoit Dalida. Elle lui parle de son enfance, de sa carrière, de l’Egypte, et des liens entre l’amour et le travail. «Quand on travaille beaucoup, énormément, on finit par tuer l’amour. Et je crois que c'est la vie qui sépare les gens qui s’aiment». Et Joyeux Noël!

2. La plus politique: Jean-Louis Bory

En 1976, l’écrivain Jean-Louis Bory parle de son homosexualité à Jacques Chancel. Il lui explique «L'étiquette que j'ai dans le dos, j'aime bien la lire moi-même. Je suis ce que je suis. Bory-la-tapette, d'accord ! Vous pouvez me traiter comme ça, mais vous ne courrez jamais aussi vite que je vous emmerde... ».

3. La «meilleure»: Jean-Paul Sartre

Compliqué de les départager, surtout qu'il faudrait se repasser les plus de 6.000 interviews de Radioscopie, alors laissons le choix à Jacques Chancel lui-même. Parmi ses meilleures interviews, lui citait «Genevois, Lévi-Strauss, Sartre, Brassens, Ferré ou Brel». Voici un extrait de l’émission avec Jean-Paul Sartre enregistrée en 1973, et pendant laquelle le philosophe explique: « Ce que nous faisons en croyant que c’est librement c’est une chose qui est mystifiée».

4. La plus drôle : Michel Serrault

Michel Serrault était un coutûmier des émissions de Chancel. Une fois, en direct, dans Le grand échiquier, il se fit des œufs au plat sous un piano, provoquant la panique du chef de la sécurité. Une autre fois, parce qu’on savait décidément rire chez Jacques Chancel, il démonte le décor de Lignes de mire.