Un docu de la BBC sur Apple fait scandale, la firme répond

DOCUMENTAIRE Accusé de ne pas tenir ses promesses sur les conditions de travail en Chine dans un documentaire de la BBC, la firme de Cupertino rétorque..

Anne Demoulin

— 

Des ouvriers chinois travaillant dans l'usine d'un fournisseur d'Apple.
Des ouvriers chinois travaillant dans l'usine d'un fournisseur d'Apple. — H.S.KEUNG/EPN/NEWSCOM/SIPA

Une équipe de BBC Panorama a filmé les conditions de travail dans une des usines chinoises, Pegatron, qui fournit Apple. Contrairement aux promesses de la firme de Cupertino, les conditions de travail restent inacceptables en Asie. A la suite de la diffusion du docu Les Promesses brisées d’Apple ce jeudi, Jeff Williams, vice-président des opérations chez Apple, a envoyé une réponse par email aux quelque 5.000 employés britanniques d'Apple.

Des enfants à la mine

«Comme beaucoup d'entre vous, Tim et moi-même avons été profondément offensés par l'idée qu'Apple pourrait ne pas tenir ses engagements auprès de travailleurs de notre chaîne logistique ou tromper nos clients de quelque façon que ce soit», affirme Jeff Williams.

Le documentaire montre le cas d’un travailleur qui enchaîne 18 jours de travail d’affilée, des ouvriers qui travaillent de 12h à 16h par jour et des horaires de travail pouvant atteindre plus de 16 heures par jour. Pire encore, le métal provient de mines dans lesquelles travaillent des enfants!

Pour sa défense, Apple estime qu’en cofondant un groupement de travailleurs de l’étain indonésien, il cherche à responsabiliser les fonderies sur le problème du travail d’enfant.

Apple rétorque aussi pour les conditions de travail sur les chaînes de production de Pegatron. «Le documentaire de Panorama sous-entend qu'Apple ne cherche pas à améliorer les conditions de travail. Laissez-moi vous dire, rien ne saurait être plus éloigné de la vérité.»

«Nous n'en avons pas encore terminé»

Apple cite des exemples pour étayer cette affirmation comme le suivi des emplois du temps de plus d’un million d’employés sur la limite de 60h de travail hebdomadaire ou la mise en place de programmes éducatifs…

Et Jeff Williams, de conclure: «Nous savons qu'il existe de nombreux problèmes là-bas, et nous n'en avons pas encore terminé. Mais nous ne nous reposerons pas tant qu'il restera des personnes dans notre chaîne logistique qui ne seront pas traitées avec le respect et la dignité qu'elles méritent. » Au vu de quelques extraits du docu, ils ne sont pas prêts de se reposer à Cupertino!