Karine Le Marchand: «Avec Stéphane Plaza, il n’y a aucun problème d’égo»

INTERVIEW L’animatrice est, avec l'agent immobilier star du PAF, aux manettes de la saison 2 du jeu «Qu’est-ce que je sais vraiment?» qui commence sur M6 ce jeudi 4 décembre à 20h50…

Anaëlle Grondin
— 
Karine Le Marchand et Stéphane Plaza présentent ensemble le jeu «Qu'est-ce que je sais vraiment?» sur M6.
Karine Le Marchand et Stéphane Plaza présentent ensemble le jeu «Qu'est-ce que je sais vraiment?» sur M6. — OSKI / M6

 Qu’est-ce que je sais vraiment?, le quiz familial et interactif d’M6, revient à l’écran avec une «Spéciale code de la route» après une première saison satisfaisante. 20 Minutes s’est entretenu avec Karine Le Marchand, qui co-anime l’émission de divertissement avec la complicité de son acolyte Stéphane Plaza.

Avant d’entamer la saison 2, quel souvenir gardez-vous de la précédente?

Avoir 300 étudiants dans le public c’est un vrai cadeau. Ils mettent le feu, il y a une vraie émulation garçon-fille, ça nous porte. Il y a un bon esprit, de l’humour. Je trouve que les questions du jeu changent complètement des quiz habituels. Il n’y a pas qu’une seule culture générale. On peut gagner en regardant Les Simpsons et lisant la presse quotidienne régionale.

Et vous, comment aimez-vous vous cultiver?

Au quotidien, je ne regarde plus les infos à la télé depuis des années, parce que je trouve ça angoissant. J’ai des applications de quotidiens sur mon téléphone qui m’envoient des alertes. Je lis la presse quand je suis en week-end et en vacances, c’est un moment où je me détends. J’aime les sorties culturelles aussi. Je suis allée voir l’exposition Paul McCarthy récemment.

Vous regardez aussi d’autres jeux de culture générale à télé de temps en temps?

Non, car je trouve que c’est de la culture générale figée. La littérature, c’est pas que la Pléiade. Ceux qui ont fait de très grandes études essaient de nous imposer des choses pointues qui nous complexent. Je fais partie des Grosses têtes depuis trois semaines, et je vois bien qu’il y a des domaines des lesquels je suis larguée, comme les hommes politiques ou la littérature du XXe siècle.

«Qu’est-ce que je sais vraiment?» reprend ce jeudi soir avec une émission «Spéciale code de la route» en partenariat avec le code Rousseau. Et l’on apprend qu’il ne vous reste plus que quatre points sur votre permis!

Je conduis trop vite (rires). Heureusement, les points reviennent seuls, je fais attention pendant deux ans. A paris, c’est difficile je trouve. Y a quand même des particularités dans certaines zones, qui sont là pour prendre vos points et votre argent.

La saison dernière, le jeu avait été victime de son succès et l’application avait planté. Vous craignez que cela se reproduise?

Le côté positif c’est qu’on a battu un record mondial avec 500.000 connexions simultanées. Mais ça m’a énervée, comme tout le monde.

Qu’est-ce qui vous plaît particulièrement dans la présentation de cette émission?

Je suis habillée en fille, toute pomponnée. Pas comme à la campagne. Ca fait du bien. Et avec Stéphane, on est là pour se détendre.

Qu’est-ce qui fait que vous vous entendez aussi bien avec lui depuis des années?

C’est vrai que c’est rare dans nos métiers, j’ai une grande chance. On s’est connu à un dîner d’animateurs quand je suis arrivée à M6. J’ai vu qu’il était encore plus maladroit qu’à la télé (rires), on ne peut que l’aimer. On a fini par demander à travailler ensemble à nos patrons et c’est comme ça qu’on a commencé On ne choisit pas ses voisins. C’est un bonheur parce qu’on se complète, il n’y a aucun problème d’égo. D’ailleurs j’ai dîné avec lui la semaine dernière et ma fille l’appelle tonton.

Vous avez déclaré à «Télé Star» cette année que vous étiez plus cultivée que lui. C’est vrai?

Pour Stéphane, c’était une petite vanne. On a le niveau bac l’un et l’autre. On fait partie des jeunes qui avaient hâte de trouver un travail. Pour moi c’est un complexe. Je continue à lire, à voir des expos, je saoule ma fille avec ça. Quand il y a du plaisir, ça change tout sur l’apprentissage.