Les réponses de Noël Mamère à Eric Zemmour

LIVRE Noël Mamère et Patrick Farbiaz publient «Contre Zemmour. Réponse au suicide français» ce jeudi. Noël Mamère en parle à «20 Minutes»…

Alice Coffin

— 

Noël Mamère lors d'une manifestation en 2012
Noël Mamère lors d'une manifestation en 2012 — Antoniol Antoine / Sipa

Noël Mamère, avant de devenir député et maire de Bègles, était journaliste, Patrick Farbiaz, son attaché parlementaire, est un spécialiste des médias et de la communication, ils sont donc bien placés pour analyser le rôle joué par les médias dans la trajectoire d’Eric Zemmour, et plus particulièrement dans le succès de son ouvrage Un suicide français.  Leur livre Contre Zemmour, Réponse au suicide français, répond, entre beaucoup d’autres choses, à cette question. Noël Mamère détaille à 20 Minutes son contenu, avec un angle télégénique.

Et si tout avait commencé par un bad buzz télé...

C’est «la tirade «sur les juifs sauvés par Pétain» qui a fait le succès médiatique d’Un suicide français» écrivent les deux auteurs. Car «en professionnel de la profession politique Zemmour sait bien que le scandale arrivera par ce biais» . Mais précise Noël Mamère «ce n’est pas qu’un coup de librairie. Lorsqu’un livre comme celui-ci rencontre un tel succès, ce n’est plus anecdotique. Cela veut dire quelque chose qu’un pensum de 500 pages qui défend une société conservatrice et  un projet fondé sur la peur se vende autant.»

Comment aurait-il fallu contrer Zemmour sur les plateaux télé ?

Noël Mamère et Patrick Farbiaz ont choisi de réagir «parce que personne ne répondait à Zemmour». Il a pourtant été largement au contact d’autres interlocuteurs sur les plateaux de télé. Mais justement estime Noël Mamère, «la technique pour le contrer n’est pas d’aller le contredire sur les plateaux télé, mais de faire un boulot de politiques, c'est-à-dire de décortiquer le mécano Zemmour qui n’est que l’expression d'une victoire culturelle très conservatrice dans ce pays. Le livre de Zemmour n’est que le miroir de nos impuissances. La télé n’est que le reflet de la société, les idées conservatrices ne sont pas nées à la télé. Alors avant d’aller se battre sur les plateaux, il faut que les intellectuels et les politiques jouent leur rôle. Le terrain a été abandonné par la gauche mais aussi la droite républicaine, c’est sur cette friche que prospèrent nombre de prédateurs de la droite extrême».

Les médias sont-ils responsables de ce succès?

«On va nous reprocher, pense Mamère, de faire de la publicité à Zemmour. Mais la pub, c’est les médias qui l’ont faite. Car ils se nourrissent de Zemmour qui se présente indûment comme l’homme contre le système. Il faut que les médias sortent de leur hypocrisie». Un lien encore plus ténu entre sphères médiatique et politique pourrait même se tisser puisque selon Noël Mamère, Eric Zemmour n'est plus journaliste mais homme politique, et «il pourrait suivre l'itinéraire de Robert Ménard».

En finir avec la contagion Zemmour

C'est le titre de la conclusion de l'ouvrage. Ce Contre Zemmour se présente comme un déminage des arguments, ou «extravagances» présentées dans Un suicide français, mais aussi comme un appel à construire d'autres propositions, qui devraient selon les auteurs suivre trois axes: «le cosmopolitisme, l'autonomie et la fabrication du commun». Car estiment les auteurs «si la vision de l'histoire de Zemmour séduit c'est qu'elle n'est concurrencée par aucune autre. La nature a horreur du vide, l'idéologie aussi. C'est ce vide idéologique, ce néant du présentisme, qui a été occupé sans faillir par le chef de file des nouveaux réactionnaires»