Vincent Dedienne, la bio pas interdite du nouveau chroniqueur de Canal+

TELEVISION Le comédien s’est installé cette rentrée dans le fauteuil laissé par Stéphane de Groodt dans le «Supplément»…

Anaëlle Grondin

— 

Le comédien Vincent Dedienne réalise la «Bio Interdite» des invités politiques du «Supplément» sur Canal+.
Le comédien Vincent Dedienne réalise la «Bio Interdite» des invités politiques du «Supplément» sur Canal+. — Xavier Lahache/Canal+

La nouvelle pépite de Canal+ s’appelle Vincent Dedienne. A 27 ans, le comédien habitué aux planches fait ses premiers pas à la télévision en tant que chroniqueur dans Le Supplément… et il a déjà de nombreux admirateurs. Sa «bio interdite», portrait humoristique livré en face de l’invité politique de l’émission sur le ton de l’absurde, a été remarquée dès la rentrée. Même par le comédien Stéphane de Groodt, son prédécesseur, qui l’a fait savoir sur Twitter: «Heureux d’être remplacé dans Le Supplément par Vincent Dedienne. Très bon. Bravo pour cette première!» 

«J’étais sidéré qu’il écrive ce message», confie le jeune comédien, que 20 Minutes a rencontré dans la loge du Petit Hébertot à Paris où il se produit cinq soirs par semaine depuis début octobre. «On s’est eu au téléphone après cette chronique. On a un dîner sur le feu.»

 

Vainqueur du Montreux Comedy Casting en 2013

Diplômé de l’Ecole nationale supérieure d'art dramatique de la Comédie de Saint-Etienne, Vincent Dedienne ne se voyait pas sur le petit écran il y a encore quelque temps. «Quand on m’a dit que j’allais peut-être faire de la télé, je me suis dit: "Ouh là là, ça va être un monde qui n’a rien à voir avec le mien, les gens doivent être complètement fous"», sourit-il . «Finalement, quand je suis arrivé ça ressemblait au théâtre les jours de première: tout le monde est concentré sur la tache qu’il a à faire.»

C’est Christelle Graillot, dénicheuse de talents chez Canal+, qui est allé le chercher. La vidéo de cinq minutes de spectacle qui a permis à Vincent Dedienne de remporter le Montreux Comedy Casting l’an dernier a retenu son attention. «Elle m’a appelé et proposé qu’on se rencontre», raconte le comédien, qui a ensuite déjeuné «une côte de bœuf et des pommes dauphines» (il insiste) avec Laurent Bon, le producteur du Supplément. Quand Stéphane de Groodt a annoncé son départ à la fin de la saison dernière, Laurent Bon a eu l’idée de lui proposer la Bio Interdite. «Ça m’a sauté aux yeux. La Bio Interdite donne un cadre a priori très formel au portrait mais j’ai tout de suite vu les libertés que j’allais pouvoir prendre», commente le comédien, aussi pétillant qu’à l’écran.

Du théâtre depuis l’âge de sept ans et demi

Né à Mâcon, Vincent Dedienne a passé son enfance «dans un petit village au milieu des vignes» en Saône-et-Loire. «J’ai décidé à sept ans que je ferai du théâtre. J’ai commencé à en faire à sept ans et demi et je n’ai pas arrêté», se souvient-il. A sa sortie de la Comédie, il intègre des troupes et fait des tournées.

Il a finalement posé ses valises à Paris il y a cinq ans. Après beaucoup de théâtre classique (Molière, Shakespeare), il décide d’«essayer de faire ce dont [il] rêvait tout petit»: du stand-up.

Sous l’aile de Laurent Ruquier

Résultat, il se régale avec S’il se passe quelque chose, autoportrait interrompu par des personnages comiques qu’il a inventés… produit par Laurent Ruquier. Le comédien raconte la «chance» qu’il a eue: une rencontre (fortuite) avec l’acteur François Rollin, qui envoie une vidéo de lui à l’animateur de On n’est pas couché. «Ça lui a plu. C’était le premier [producteur] qui comprenait ce qu’était mon spectacle.»

La carrière de Vincent Dedienne est prometteuse. Il parle beaucoup de «chance» et en oublierait presque son talent et son sérieux. S’il rigole tout le temps, le jeune homme est un bûcheur. Il passe des heures sur son spectacle et sa chronique pour Canal+, qu’il écrit seul avant de demander leur avis à trois copines comédiennes autour d’un dîner: «Le travail permet de garder les pieds sur Terre.»