Décès de Gaël Lopes: Qu’est ce qu’une bouffée délirante?

TELEVISION La famille du candidat de «Rising Star» décédé samedi soir a expliqué que Gaël Lopes avait fait une chute mortelle après une «bouffée délirante»…

Annabelle Laurent

— 

Gaël Lopes, originaire de Nîmes, avait enregistré 91 % des suffrages.
Gaël Lopes, originaire de Nîmes, avait enregistré 91 % des suffrages. — Capture d'écran / M6

Quatre jours après le décès du candidat de Rising Star Gaël Lopes, son grand-père, joint par le Midi Libre, a assuré lundi que son petit-fils avait chuté du 4ème étage de l'appartement de sa sœur. La famille s’est ensuite exprimée lundi soir sur Facebook: «Suite à certaines informations parues dans les médias, nous souhaitons faire savoir que Gaël a fait une chute mortelle consécutivement à une "bouffée délirante" selon les médecins.»

Une bouffée délirante est «un épisode psychotique subi, très brutal, non anticipé, et qui n’est pas dans la réalité», explique à 20 Minutes Hélène Romano, docteur en psychopathologie et référente de la consultation du psychotraumatisme dans le Val-de-Marne. Elle décrit l’affection psychiatrique en ses termes propres, «sans connaître l’histoire» et les antécédents de Gaël Lopes. 

L'épisode unique est très rare

La bouffée délirante peut survenir sans antécédent. «Il y a trois contextes différents: cela peut être un épisode unique, exceptionnel, mais c’est très rare. Cela peut être dans le cas d’une maladie mentale connue: les schizophrènes en ont, par exemple. Ou bien cela peut être le signe d’une entrée dans la psychose».

La bouffée délirante peut survenir sans «prise de produits divers et variés», explique Hélène Romano. «Hors la prise de produit, il est tout à fait possible qu’il ait voulu fuir quelque chose ou rejoindre quelqu’un qu’il croyait voir, un ange, un proche décédé. Une personne en bouffée délirante n’est plus dans la réalité. C’est un facteur de dangerosité pour les proches et pour soi, car on peut faire n’importe quoi si on est seul».

Une violence «souvent destructrice»

Dans une bouffée délirante, «la violence est souvent destructrice, soit vis-à-vis de soi-même, soit vis-à-vis des autres», poursuit la docteure en psychopathologie, et les thèmes sont variables: «Le délire peut être persécutif, si la personne est convaincue qu’on lui veut du mal, ou mystique, si elle se prend, par exemple, pour le fils de Dieu. Si une personne se prend pour un oiseau et qu’il n’y a pas quelqu’un pour l’en empêcher, elle peut être capable de passer par la fenêtre», assure Hélène Romano qui rappelle combien la bouffée délirante peut être «déroutante et violente pour les proches. Car cela confronte à l’insensé et l’indicible.»