«The Walking Dead est le meilleur moyen de se préparer à l'apocalypse», selon les internautes

TEMOIGNAGES Les internautes de «20 Minutes» nous expliquent pourquoi ils aiment tant cet univers…

Adrien Chauvin

— 

Les tomes de «The Walking Dead»  représentent 40% des ventes des comic books en France.
Les tomes de «The Walking Dead» représentent 40% des ventes des comic books en France. — FACEBOOK/AMC

La fièvre des zombies ne fait que commencer. Le lancement de la cinquième saison de «The Walking Dead», dimanche dernier, aura réuni plus de 17,3 millions de téléspectateurs. Une audience qui conforte la signature d’une nouvelle saison par la chaîne câblée AMC. En parallèle, la vente des comic books, dont la série est basée, a dépassé les deux millions d’exemplaires en France. Les internautes de 20 Minutes nous expliquent pourquoi ils aiment tant cette franchise.

«Les deux supports se valent»

Une majorité des fans ont découvert Rick (le héros) et les «rôdeurs» (les zombies) sur le petit écran. Pablo est un inconditionnel fan de «The Walking Dead» et est aussi admiratif du comic book que de la série. Pour lui c’est un «univers particulier où tout est exacerbé», il y retrouve quelque chose de «moyenâgeux».

Quant à l’adaptation de la série, il avoue qu’il ne sait pas à quoi s’attendre car il y a beaucoup de différence. [Attention spoiler] Il ajoute que dans le comic book «Rick a perdu sa main depuis longtemps, c’est le gouverneur qui lui a coupé.» Or dans la série celle-ci est toujours présente. Mais ces différences font que la série ajoute encore plus de piment, Pablo n’a même aucune préférence entre le comic book ou la série, car «les deux supports se valent».

>> Séries américaines: Le guide des nouveautés de la rentrée

«Cette série a rendu concret mes pires cauchemars»

«Qui n’a jamais rêvé ou réfléchi à ce qu’il ferait lors de l’apocalypse?», c’est ce qui a donné envie à Alex de regarder «The Walking Dead». Cette série a rendu concret «ses pires cauchemars» et c’est aussi «l’un des meilleurs moyens de s’y préparer».

Il se met souvent dans la peau des personnages: «Qu’est-ce que je ferais à leur place ? Le fait qu'il n'y ait pas de pouvoirs magiques et que tout le monde puisse mourir prouve que personne n'est éternel», explique-t-il. Pour lui cette série permet de montrer que l’horreur peut nous amener à «sortir notre force intérieure», mais tout ceci en gardant «un sanglant d’humanité». À l‘inverse, Lucille trouve que ce ne sont pas les «rôdeurs» (zombies) les plus dangereux mais «les côtés sombres de l’humain».

«Nous suivrons la série jusqu’au bout»

Napalm qui a réagi sur le site de 20 Minutes, nous explique qu’à chaque épisode, lui et sa femme sont à fleur de peau: «À chaque fois nous hurlons sur notre télévision quand le héros choisit la mauvaise cachette. Lorsqu’il y a une grande battue de zombies, on est mort de rire avec ma femme tellement que certaines morts sont grotesques.» 

Au-delà des boucheries que propose «The Walking Dead», l’objectif des protagonistes est de trouver un remède à cette contagion. «Comment le virus est-il entré dans le corps des humains? Qui l’a créé? Existe-t-il un antidote? C'est pour obtenir des réponses claires à ces questions floues que nous suivrons la série jusqu'au bout», déclare-t-il.

«The Walking Dead» a aussi conquis Michael qui pourtant «n’est pas fan de zombies». Cette série est «un vrai modèle du genre», selon lui, «chaque épisode tient le public haletant et qui plus est, il y a une vraie morale derrière tout ce chaos. C’est un véritable bijou», conclut-il.