Rentrée séries 2014: Même sans Batman, «Gotham» a du potentiel

TELE Retrouvez les critiques des nouveautés américaines tout au long de l'automne...

Philippe Berry, à Los Angeles
— 
Ben McKenzie dans la série «Gotham».
Ben McKenzie dans la série «Gotham». — FOX

C'est parti pour le grand marathon. Entre mi-septembre et fin novembre, une trentaine de séries sont lancées aux Etats-Unis. Suivez le guide...

Le pitch

Avant Batman, il y avait le jeune Bruce Wayne. Alors qu'il vient de perdre ses parents, le commissaire Gordon enquête, dans une ville de Gotham au bord du chaos. Les rues sont dangereuses, les flics sont corrompus et on y croise déjà des graines de méchants comme le Pingouin, Catwoman et Poison Ivy. Et peut-être, le Joker...

La bande-annonce

Le who's who

Ben McKenzie (The O.C. et Southland) troque son débardeur habituel pour enfiler l'imper du commissaire Gordon. Son partenaire un peu ripou, c'est l'excellent Donal Logue (Life, Terrier). Jada Pinkett Smith (femme de) incarne une grande méchante créée pour l'occasion, Fish Mooney, qui tente de renverser le parrain Carmine Falcone, joué par John Doman (The Wire). A la baguette, Bruno Heller avait déjà frappé avec Rome et The Mentalist.

La note: 3.5/5

En 48 minutes, Gotham fait plutôt du bon boulot pour poser les briques du mythe. D'abord par l'esthétique, soignée, avec ses ruelles sombres et ses néons lumineux très comics, mais aussi avec une bonne paire d'acteurs principaux et un Pingouin très réussi. On ne peut pas en dire autant de la nouvelle Fish Mooney, caricaturale à souhait, pas vraiment aidée par le jeu forcé de madame Will Smith. Globalement, le pilote ne fait pas vraiment dans la subtilité à l'exception des fausses pistes sur l'identité du Joker.

Le travail d'exposition terminé, la série va devoir choisir son identité. On espère qu'elle embrassera son côté noir et lorgnera du côté du comic Gotham Central et de la complexité morale de The Shield. Lancé face à une concurrence impossible (The Big Bang Theory et The Voice), le premier épisode s'en sort au final plutôt bien sur l'audience-clé des 18-49 ans. Des promesses à confirmer lundi prochain...