LCI reste payante: Le PDG de TF1 confirme la fermeture «probable» de la chaîne

REACTIONS La gratuité devait permettre à la chaîne d’information en continu de sortir la tête de l’eau grâce au financement par la publicité...

A.G.

— 

 Le plateau de LCI Matin.
 Le plateau de LCI Matin. — IBO OGRETMEN / SIPA

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a dit non. LCI ne passera pas sur la TNT gratuite comme le souhaitait le groupe TF1. Or, la gratuité devait permettre à la chaîne d’information en continu (qui ne compte plus que 13.000 téléspectateurs au quart d’heure moyen) de sortir la tête de l’eau grâce au financement par la publicité. Ces derniers mois, Nonce Paolini avait pourtant brandi un argument de poids: faute d’accord, l’avenir de LCI serait menacé.

Selon plusieurs journalistes de LCI, le PDG de TF1 a confirmé aux organisations syndicales de LCI son intention de fermer la chaîne fin 2014.

«On est tous sous le choc d'une décision qui met, je crois, définitivement en péril l'avenir de LCI», a déclaré Nonce Paolini sur le plateau du 20H00 de TF1 mardi soir. Il a toutefois évoqué la possibilité de recours pour son groupe mais qui «prendront beaucoup de temps, de douze à dix-huit mois».

 

A l’annonce du refus du passage de la chaîne en gratuit mardi après-midi, Eric Revel, le directeur général de LCI, a réagi sur sa propre chaîne: «Je suis ce soir très en colère et très triste pour tous les collaborateurs de LCI qui se sont battus pour que cette chaîne ait un avenir et qui aujourd’hui se voient stoppés dans leur envol.»

Certains d’entre eux ont réagi sur Twitter après l’annonce du CSA, anticipant une fermeture de la chaîne:

 

Jean-Pierre Pernaut, directeur adjoint de l’information sur TF1 et présentateur du JT de 13 Heures de TF1, a également exprimé sa «tristesse» et sa «colère» sur le site de micro-blogging:

 

Le producteur de télévision Xavier Couture s'est lui aussi indigné:

 

D'autres observateurs s'interrogent sur Twitter:

De son côté, le groupe NextradioTV (BFM TV) se félicite de la décision du CSA. Pour son patron Alain Weill, «cela aurait profondément déstabilisé le marché de la télévision et celui des chaînes d’informations en particulier».

Une satisfaction partagée par l’Association des chaînes Indépendantes (ACI) qui regroupe de nombreuses chaînes de la TNT gratuite comme BFMTV, RMC Découverte ou NRJ12. Celle-ci a salué dans un communiqué «le courage et l’indépendance du CSA». Son président, François Morinière, a estimé que le CSA avait reconnu «ainsi le rôle des acteurs indépendants, qui contribuent grandement à la pluralité du paysage audiovisuel».