La télé emploie t-elle trop d'intermittents?

TELEVISION La Cour des Comptes avait dénoncé l'an dernier la dérive des «permittents», de facto des employés puisqu'ils enchaînent les contrats... 

A.L. avec AFP

— 

Le siège de France Télévisions dans le 15e à Paris, le 27 novembre 2013.
Le siège de France Télévisions dans le 15e à Paris, le 27 novembre 2013. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Dans le débat qui fait rage sur le régime des intermittents, les sociétés de production audovisuelle, télés et radio sont en ligne de mire, elles qui peuvent employer à des postes réguliers des intermittents. Des «permittents» qui profitent du régime des professionnels du spectacle en cumulant salaires et indemnités. Un système qui arrange aussi leurs employeurs, qui versent des rémunérations plus basses. Une dérive que la Cour des Comptes avait dénoncée l'an dernier. 

De peur des procès pour requalification de contrat, les télés et radios se sont efforcées de réduire leur nombre depuis dix ans. 

>> Intermittents: Cinq questions pour comprendre la colère du monde du spectacle

>> Intermittence: Qui en profite vraiment?

Une réduction des non permanents 

Premier employeur d'intermittents dans la télévision, France Télévisions, en emploie actuellement environ 3.600, qui équivalent à 820 emplois à plein temps, a indiqué la direction. Ils représentent quelque 8% des effectifs équivalent temps plein (ETP) du groupe. Mais depuis 2011, le taux d'emploi des non permanents (intermittents, pigistes, CDD...) a été ramené de 19,1% à 14%, a souligné France Télévisions. Fin 2013, les syndicats du groupe avaient d'ailleurs critiqué le choix de la direction, en quête d'économies, de réduire drastiquement le recours aux non-permanents, dénonçant un «plan social pour les salariés précaires».

Chez M6, les intermittents représentent 440 ETP par rapport à des effectifs permanents de 1.600 environ, soit près de 21% de l'effectif global. Leur nombre a baissé depuis 2003 même s'il a un peu augmenté en 2013, en raison surtout de la naissance de la nouvelle filiale de production web Golden Moustache. M6 a par exemple intégré l'an dernier une vingtaine d'intermittents.

Canal+ indique employer 350 intermittents ETP pour un effectif global de 3.482 permanents, soit environ 9% de l'effectif.

Chez TF1, qui externalise largement sa production, les intermittents ne représentent plus que 2,28% des effectifs ETP, soit une trentaine d'ETP sur un effectif de 1.560 fin 2013, présents essentiellement chez sa filiale de production TF1 Production, indique la société. Depuis les années 2000, consciente du problème, TF1 souligne avoir procédé à «de très nombreuses intégrations d'intermittents».

Radio France est le plus gros employeur d'intermittents en France, avec plus de 5.000 personnes dont 2.000 musiciens, qui interviennent parfois ponctuellement (pour un concert, par exemple) et 1.200 comédiens, employés surtout dans les fictions de France Culture, le reste comprenant des animateurs, des producteurs, des intervenants, etc. En revanche le groupe n'utilise plus d'intermittents pour les fonctions techniques.