Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
PHENOMENESoeur Cristina, la religieuse devenue star pourrait gagner «The Voice» Italie

Soeur Cristina, la religieuse devenue star pourrait gagner «The Voice» Italie

PHENOMENE
Le télécrochet italien comporte pour la première fois une nonne en finale...
Soeur Cristina à l'émission
Soeur Cristina à l'émission  - Luca Bruno/AP/SIPA
Avec AFP

Avec AFP

Ce jeudi soir toutes les cloches des églises de l’Italie pourraient bien se mettre à sonner pour célébrer la victoire de Sœur Cristina à «The Voice». En réalité, l’épiscopat ne semble pas avoir prévu de cérémonie particulière. Mais c’est bien une religieuse qui pourrait triompher en finale de «The Voice» Italie.

Une première apparition foudroyante vue par 50 millions de personnes

«J’ai un don et je vous le donne», avait lancé avec une pointe d’ingénuité Cristina Sciuccia, 25 ans, quand les quatre juges du «talent show» qui venaient de la choisir à l’unanimité le 19 mars après une audition en aveugle («blind audition») lui avaient demandé ce qu’elle faisait. La présence d’une Sœur détonait dans ce concours généralement réservé aux amateurs de paillettes. La fameuse chanteuse et présentatrice Raffaella Carra, complètement interloquée par la tenue de «Suor Cristina», en habit et voile gris de nonne, lui avait même demandé si elle était une vraie religieuse et ce qu’en pensait le pape François, dont la jeune sicilienne dit s’inspirer. Sa prestation a depuis été vue plus de 50 millions de fois sur YouTube.



Des records d’audience pour Rai Due

Grâce à Cristina, la chaîne Raie Due a battu ses propres records d’audience. Les médias italiens se sont passionnés pour son histoire et ont interviewé son ancien petit ami, son professeur de chant et la directrice de l’académie de Star Rose, une ex-starlette des années 1990, Claudia Koll, elle-même devenue une laïque consacrée, c’est à dire ayant fait les vœux de pauvreté et chasteté sans entrer dans un ordre.

La jeune religieuse ne fait toutefois pas l’unanimité en Italie

La candidate malheureuse au concours de l’Eurovision Emma Marrone -- elle-même issue d’un «talent show» -- l’a qualifiée d'«insulte pour le showbiz». Des critiques musicaux estiment que son succès est plus dû au symbole qu’elle représente dans un pays encore très imprégné par le catholicisme et à l’effet médiatique, qu’à sa voix, haut perchée et relativement limitée. Pour sa part, la jeune religieuse se dit très sereine sur son avenir.

Même si elle devait gagner le concours jeudi, avec à la clef la sortie d’un disque produit par Universal Music, elle n’entend pas renoncer à sa vocation. Et se dit prête à «retourner à une vie normale» et à se contenter de chanter «avec des jeunes, à l’église, dans la paroisse ou des écoles», si ses supérieures en décidaient ainsi.

Sujets liés