Bryan Elsley, de «Skins» à «Dates»: «Travailler à nouveau avec des adultes était très libérateur»

RENCONTRE Canal+ Séries diffuse dès ce lundi la 7e et ultime saison de «Skins», qui a tiré sa révérence en août dernier en Angleterre. «20 Minutes» a rencontré son créateur Bryan Elsley, qui a depuis rebondi avec une très séduisante nouvelle série, «Dates»…

Annabelle Laurent
— 
Bryan Elsley, le créateur de la série
Bryan Elsley, le créateur de la série — DR

C’est ce lundi soir sur Canal+ Séries le début de la fin pour «Skins», qui conclut son cocktail naturaliste, cru et déjanté par six épisodes d’une saison 7 centrée sur Effy, Cassie et Cook, les gamins tourmentés de Bristol devenus grands. Alors leur avoir dit adieu en août dernier, l’Angleterre a depuis découvert «Dates», la nouvelle série de son créateur Bryan Elsley que 20 Minutes a rencontré alors qu’il venait la présenter à Séries Mania. 

Vingt-cinq minutes pour convaincre 

Bryan Esley était plongé dans «Skins» pendant sept ans. «Quand j’en suis sorti, je suis allé instinctivement vers les acteurs, et moins vers les cascades, fêtes et excursions que les gens attendaient de "Skins"», explique-t-il d'une voix timide. Il remplace ainsi ses héros adolescents par leurs aînés de quinze à trente ans de plus, célibataires en quête d’amour. Chacun des neuf épisodes de «Dates» nous plonge dans les tâtonnements d’un premier tête-à-tête. Seuls quelques personnages s’offrent plusieurs apparitions, dont la jeune Oona Chaplin  - petite-fille de Charlie - qui brille dès le premier épisode, ou le charismatique Will Mellor.

>> Retrouvez par ici l'interview d'Oona Chaplin, Talisa Stark dans «Game of Thrones»

Après plusieurs années d’intrigue adolescente, écrire à nouveau pour les adultes et «surtout travailler avec des acteurs qui savent ce qu’ils font, ce fut très libérateur», confie le showrunner de 53 ans. En seulement 25 minutes de dialogues ciselés, malgré un - voire deux - épisodes décevants, «Dates» accroche, émeut et surprend. «Il y a quelque chose d’intensément dramatique propre à la rencontre entre deux étrangers. J’ai voulu que l’on puisse suivre ça en temps réel», explique Bryan Elsley qui s’est entouré de cinq scénaristes, «certains venus de "Skins", d’autres du théâtre», et de plusieurs réalisateurs.  

«Observer ce que les font les autres… Et de ne pas le faire»

Une expérience nouvelle après avoir travaillé des années avec son fils Jamie Brittain sur «Skins». «J’avais pourtant tenté de le décourager d’écrire», lance-t-il.  Ah? «Il y a beaucoup de belles choses dans le métier de scénariste, mais beaucoup de mauvaises, aussi». Comme? «Oh, la solitude, l’isolement, la haine de soi-même… je pourrais continuer!». Ce qui ne l’a pas empêché de viser à nouveau juste avec un positionnement résolument original dans l’univers des séries. 

«En ce moment, l’Angleterre produit  beaucoup de séries policières [«Broadchurch», «Southcliffe», «The Fall», ...]. Je suis scénariste depuis longtemps et l’un des moyens de se démarquer est d'observer ce que les font les autres… Et de ne pas le faire. C’est en fait assez simple», commente-t-il modestement.

Une saison 2 de «Dates» sera tournée aux Etats-Unis, a annoncé Bryan Elsley à Séries Mania. Quant à «Skins», une aventure née «dans l’indifférence» générale, rappelle t-il, après sept saisons cultes et une adaptation américaine polémique, le scénariste a laissé entendre qu’elle pourrait se poursuivre en web-série…