Eurovision: que va changer la victoire de Conchita Wurst?

TELEVISION Un sociologue, Arnaud Alessandrin, décrypte les enjeux de la participation et de la victoire de Conchita Wurst à l'Eurovision...  

Alice Coffin

— 

Conchita Wurst devant les drapeaux de la communauté LGBT
Conchita Wurst devant les drapeaux de la communauté LGBT — Sipa

Samedi soir sur France 3, après deux heures et demi d’émission, Natasha St Pier, commentatrice de "L'Eurovision" s’interroge. «Cyril, je crois que nous devrions dire «elle» pour désigner Conchita Wurst, elle se présente comme femme». Comme d’autres les commentateurs français de l’Eurovision 2014 ne savaient pas trop comment désginer Conchita Wurst, la lauréate autrichienne du concours. Avant la soirée, déjà, sa participation au concours avait suscité de nombreuses réactions, pétitions, de soutien ou de haine. Arnaud Alessandrin, sociologue et co-auteur avec Brigitte Esteve-Belllebeau de Genres ! (Editions Des ailes sur un tracteur) explique à 20 minutes les enjeux de la victoire de Conchita Wurst,  performeuse, travesti jouant avec les codes du genre.

Au-delà de l’Eurovision, cela a un sens la victoire de Conchita Wurst?

Il y a deux moments dans cette histoire. Celui de la polémique, où très clairement se jouent des enjeux de fierté nationale et de normes du genre. Puis celui de la victoire.

C'est-à-dire des enjeux de fierté nationale et de normes du genre ?

La figure de Conchita est devenue problématique parce que lorsqu’on participe à l’Eurovision, on représente un pays. Et un pays ne saurait être représenté par un homosexuel, une folle ou une drag queen. Comme si elle faisait honte à la nation pour des questions liées au genre.

Sa victoire n’en est que plus significative?

Oui cela veut dire que les figures homosexuelles, travesties sont des forces, ou plutôt ont de la force. Une force que les boycotts et les pétitions ne viennent pas mettre à mal. Il y a une énergie chez les minorités de genre.


Elle a d’ailleurs conclu par un «We are unstoppable »...

...Mais est-ce vraiment le message que perçoit l’ensemble du public?

Il ne faut pas effectivement surinvestir la figure de Conchita. C’est une juste un personnage scénique. Mais tout de même vu les appels au boycott de certains pays d’Europe de l’Est, il y a un parallèle immédiat avec les enjeux politiques actuels, et le fait qu’il y a une confrontation de blocs.

Est-ce que cette victoire montre que l’Eurovision est le lieu de tous les progressismes?

Mais à l’Eurovision tout le monde est travesti, tout le monde performe son genre ! Les femmes hétérosexuelles comme les autres ! Regardez, sur scène tout le  monde est habillé en Abba!

«Femme à barbe», «travesti », « il » ou « elle », les médias semblaient avoir du mal à désginer Conchita Wurst, pourquoi?

Ce qui trouble les commentateurs ce n’est pas de ne pas savoir comment la nommer, de ne pas pouvoir mettre de mot sur un corps, un genre. C’est curieux car il faudrait juste considérer que c’est un personnage scénique et de l’appeler Conchita !

Conchita Wurst semblait estimer que le résultat des votes était porteur d’espoir, vous êtes d’accord?

Toute visibilité médiatique a un impact ambivalent ou paradoxal. D’une part cela suscite des espoirs de grande visibilité, de meilleure acceptation. D’autre part des craintes de l’opprobre. La figure de Conchita porte en son sein uine promesse d’avenir radieux pour les minorités de genre mais aussi un avenir de luttes. Le meilleur exemple de ce phénomène est celui du mariage pour tous, qui a provoqué de l'espoir mais aussi un sursaut de haine.