Eurovision: Conchita Wurst, la drag queen qui divise en Europe

MUSIQUE Le magazine «L'effet papillon» de Canal+ a consacré un reportage à un candidat à l'Eurovision pas tout à fait comme les autres...

Anne Demoulin

— 

L'affiche de l'Eurovision 2014 avec Conchita Wurst
L'affiche de l'Eurovision 2014 avec Conchita Wurst — Eurovision

Il s’est fait connaître dans la version autrichienne de la «Nouvelle Star». Dans la vraie vie, il s’appelle Thomas Neuwirth, sur scène, il devient Conchita Wurst, qui signifie Conchita «Saucisse» en allemand. Désigné en septembre 2013 pour représenter l'Autriche à l'Eurovision, qui se déroulera le 10 mai prochain à Copenhague, ce ténor à la barbe noire et aux robes moulantes irrite les conservateurs de toute l’Europe.

«L'Autriche fait preuve de tolérance»

Le jeune homme de 25 ans tentera de ramener un titre attendu en Autriche depuis 1966. «Pour moi, la chose la plus spéciale est que l'Autriche fait preuve de tolérance et d'acceptation (....) Je suis autorisé à être la voix de leurs croyances (...) ce qui me fait vraiment très fier», a-t-il déclaré dans «L'effet papillon» sur Canal+, qui lui a consacré un reportage ce week-end.

«Mon personnage crée des réactions fortes»

Une pétition, qui contestait sa nomination en septembre dernier pour le concours de chant européen, a récolté des dizaines de milliers de signatures. «Une femme avec des poils sur le visage, vous parlez d'un ambassadeur pour notre pays. Doit-on vraiment être la risée de l'Europe?», peut-on lire parmi les commentaires qui se multiplient sur la page Facebook hostile au chanteur.

«J'ai grandi dans un petit village d'Autriche, j'étais un petit garçon homosexuel très heureux. C'est devenu compliqué à l'adolescence. J'étais sans cesse insulté. Je sais qu'aujourd'hui mon personnage déclenche des réactions fortes et c'est voulu de ma part», explique-t-il encore.

«Plus on fera parler de nous, plus on se fera comprendre et accepter»

En Russie et en Biélorussie, Conchita Wurst irrite aussi. Une pétition a été adressée au ministère de l’Information, demandant à boycotter le concours 2014 et d’en interdire la diffusion sur le territoire biélorusse, tandis que les associations gays autrichiennes se mobilisent. 

«Plus on fera parler de nous, plus on se fera comprendre et accepter, malgré le vent d'homophobie qui souffle en Europe», souligne un porte parole à l’antenne de Canal+. 

L'artiste devra passer le cap de la demi-finale ce jeudi soir avec sa chanson «Rise like a Phoenix». En 1998, la transsexuelle israélienne Dana International avait remporté l'Eurovision, malgré l’intolérance à son égard.