Drapeaux européens
Drapeaux européens — 20 minutes / Varela / Sipa

TELEVISION

Une pétition des têtes de liste aux élections européennes dénonce «la censure de France Télévisions»

Le mariage de William et Kate ou la double canonisation des papes, oui. Mais la présidence de la Commission, non. France Télévisions ne diffusera pas le grand débat des élections européennes...

Ainsi, France Télévisions a fait le choix de retransmettre en intégralité la cérémonie de canonisation des papes ou le mariage de Kate et William, mais pas le grand débat des élections européennes.

Une pétition intitulée «France Télévisions ne doit pas censurer le débat européen» est signée par de nombreuses tête de liste du scrutin (Marielle de Sarnez, Catherine Trautmann, Eva Joly, Vincent Peillon) et une trentaine de candidats EELV, mais aussi PS, UDI-MoDem, PRG et UMP, dont de nombreuses a été publiée lundi par le Huffington Post.

Départager les candidats

Elle demande à ce que le débat du 15 mai qui vise, tout de même, à départager parmi cinq candidats (Martin Schulz pour les socialistes, Jean-Claunde Juncker pour la droite, Guy Verhofstadt pour le centre, Alexis Tsipras pour la gauche anticapitaliste, et José Bové ou Ska Keller pour les écologistes) qui deviendra président ou présidente de la Commission.
«Il est inadmissible que le Service public audiovisuel refuse par principe de diffuser un débat si important, de plus fourni gratuitement, alors que l’information sur l’Europe et la promotion du débat démocratique font partie du cœur de ses missions et de son cahier des charges.»

Ces revendiacations ont été rélayées sur twitter

 

Une question d'audience

Face à ces attaques, France Télévisions rappelle qu’aucun autre service public d’un pays européen n’a fait le choix de diffuser ce débat sur une «chaîne premium». «En France le débat du 15 mai sera donc retransmis et accessible à tous les Français en TNT gratuite sur les chaînes de service public LCP-AN et Public Sénat», précise le groupe, ainsi que sur Francetv.info. France Télévisions précise aussi que les élections européennes vont bénéficier d’un traitement d’«une ampleur inédite». Un contre-feu relayé sur Twitter par le correspondant de la chaîne à Bruxelles, François Beaudonnet.

L’explication serait elle plutôt à chercher du côté de l'audience? Lundi, France 2 se félicitait d’un «Le Jour du Seigneur leader avec 1,6 million de téléspectateurs et 18,6% de pda» et craint peut-être, et sans doute à raison, que l’Europe plaise moins.