Cyril Hanouna: «Je suis le Arnaud Montebourg de la télévision française»

TELEVISION L’animateur de «Touche pas à mon poste» lance sur D8 ce vendredi en prime-time un nouveau jeu «L’œuf ou la poule»...

Joel Metreau

— 

Cyril Hanouna dans
Cyril Hanouna dans — Maxime Bruno

L’animateur de «Touche pas à mon poste» lance sur D8 ce vendredi 18 avril à 20h50 un nouveau jeu, «L’œuf ou la poule», où huit célébrités vont s’affronter.

D’où vous est venue l’idée de ce jeu?

C’est un format qui existe en Belgique et qui s’appelle «Devant derrière». Je l’avais repéré avec Alexandra Laroche-Joubert. Il s’agit d’un game show où on va avoir beaucoup d’extraits de cinéma et de télévision, des images insolites. Huit célébrités s’affrontent et l’un va être le grand gagnant. A chaque élimination, la célébrité qui sort a le droit d’attribuer ses points à une célébrité qui sort de l’aventure.

Avez-vous un objectif d’audience fixé par D8? La concurrence est rude ce soir-là…

On a envie que ça marche. Pour moi, on est la seule offre de divertissement. J’adore «Thalassa», mais c’est vraiment une autre offre. Sur M6, il n’y a pas «NCIS», mais «Bones» qui est beaucoup plus faible. Sur France 2, «Candice Renoir», qui marche bien mais qui a un autre public. Il ya «The Best» sur TF1 qui n’a pas marché en première saison, je ne vois pas pourquoi ça fonctionnerait en deuxième. Les concours, je crois qu’il y en a un peu marre. Et puis j’en ai un peu assez des titres en anglais, «The Best», «The Voice», «The Dancer» qui va arriver. Je suis le Arnaud Montebourg de la télé française.

«Touche pas à mon poste» a réalisé de bonnes audiences jeudi dernier: 7 % du public, 1,2 million de téléspectateurs. Songez-vous toutefois à changer la formule?

Il y aura toujours des nouvelles séquences jusqu’en juin. Je pense qu’on va faire passer le bac aux gens chez eux et autour de la table. On a lancé aussi la Coupe du monde des animateurs.

Vous n’éprouvez pas de routine?

Non, vraiment pas. On tente tant de choses tous les jours. «TPMP» n’aurait pas pu exister il y a dix ans. Mais là, il y a tellement de chaînes, on n’a même pas le temps de tout traiter en une heure et demie tous les jours.

Mais vous diffusez aussi des vidéos Internet. Vous n’avez pas l’impression que la télé recycle beaucoup le Web?

Chez nous, il y a peu de vidéos Internet. C’est surtout de la télévision. Et puis pour nous, le poste c’est aussi l’ordinateur, la télé, la radio…

La première de «Derrière le poste», animée par Enora Malagré, a réalisé un petit 2 % de part d’audience avec 474.000 téléspectateurs. Déçu?

Les audiences étaient en dessous de ce qu’on attendait. Mais on est en train de retravailler dessus, un deuxième numéro va arriver très vite. On a vu les choses qui n’allaient pas. Les sujets n’étaient pas assez intéressants. Enora a un fait un bon boulot, mais il faut lui laisser plus de place en plateau.

En décembre dernier, il y a eu une polémique autour de votre salaire. Vous avez dit que vous feriez une cagnotte. Vous en êtes où?

On va lancer une nouvelle émission qui va démarrer à la saison prochaine. Il y aura une cagnotte mise en place. On a déjà mis en place une boîte postale où les gens vont pouvoir nous envoyer leurs dossiers, on va les traiter, on ne pourra pas faire des miracles, mais aider quelques personnes qui en ont besoin. Ça peut être aussi bien aider une personne qui a emprunté 500 euros à un pote et qui ne peut pas lui rendre. On va se servir de cette cagnotte, mise en place par la production, pas par la chaîne, et de cette émission pour attribuer les différents montants.

Selon un sondage pour Stratégies, les Français vous classent parmi les animateurs antipathiques. Comment expliquez-vous cela?

Oui, mais je suis entre les deux dans ce sondage, à la fois dans les plus sympathiques et les plus antipathiques dans cette enquête. Ça ne me dérange pas du tout. Je regarde très peu ça. Ce qui compte, c’est l’avis des téléspectateurs et de ceux qui regardent la télé. Quand on est un animateur qui a une forte personnalité, comme Ardisson ou Marc-Olivier Fogiel, ça divise plus qu’un animateur qui se contente de lire son prompteur et qui est beaucoup plus lisse. C’est très dur de plaire à tout le monde. 15 % de gens me trouvent antipathiques, je les aime quand même.