«Game of Thrones»: Une saga qu’on peut écouter comme un «film audio»

SERIE L’audiolivre du «Trône de fer» révèle la performance du comédien Bernard Métraux, qui interprète tous les personnages…

Joel Metreau

— 

Le personnage de Ned Stark dans la première saison de
Le personnage de Ned Stark dans la première saison de — Nick Briggs/AP/SIPA

Le Trône de fer, ce sont des romans à lire, une adaptation en série à regarder, mais aussi… à écouter. Les éditions Gallimard proposent le premier volume de la saga en audiolivre. Soit le texte intégral pour 17h (26,90€). Cet audiolivre marque aussi un tour de force, que seul Bernard Giraudeau avait relevé jusqu’ici en lisant Harry Potter. Comme le comédien défunt, Bernard Métraux y incarne tous les personnages de la saga de George R.R. Martin, leur donnant à chacun une voix différente. Si son nom est inconnu du grand public, sa voix l’est moins, puisqu’il double notamment Bill Murray et David Caruso, l'enquêteur de la police scientifique des «Experts: Miami».

«Une voix à la Belmondo»

Pour la soixantaine de personnages principaux, il s’est attelé à ce qu’ils soient chacun identifiables à l’oreille. Par exemple, Tyrion Lannister. «Dans le roman, il est présenté comme un personnage antipathique, confie Bernard Métraux à 20 Minutes. J’ai préféré lui donner une couleur sarcastique, avec une voix à la Belmondo, car il a cet aspect détaché, je me fous de tout, j’ai compris comment était le monde.» Et pour les femmes? «J’essaie d’alléger ma voix sans que ça devienne du dessin animé». La future mère des dragons, Daenerys Targaryen: «Je l’ai fait la plus naturelle possible.» L’intrigante Cersei Lannister: «Elle a un côté plus sec».

Sans regarder la série

Bernard Métraux s’est fait un point d’honneur à ne pas regarder la série avant d’enregistrer. « Dans le premier tome, on présente beaucoup de personnages. Au gré du roman, on ne sait trop s’ils sont méchants ou bons. J’avais peur que la série m’aiguille.» Ainsi, il a préféré laisser planer l’ambigüité. «Les personnages vont sans doute se révéler. Je voulais les marquer, oralement, dans leur phrasé ou leur tessiture, mais pas psychologiquement.» Et ceux qui ont vu la série ou lu la suite ne peuvent pas lui donner tort, tellement elle s’éloigne de tout manichéisme.

Long travail de préparation

Pas vu la série, tant pis pour lui, mais il connaît les intrigues du premier volume sur le bout des doigts. «Je l’ai lu deux ou trois, en annotant le texte. Pour me repérer, j’avais des feutres de couleurs pour chaque personnage et un petit carnet d’écolier où j’inscrivais les caractéristiques de chacun.» Un long travail préparatoire, peut-être fastidieux. Mais le comédien reconnaît toutefois avoir pris un grand plaisir à l’enregistrement, par exemple en composant la voix de l’argentier Littlefinger, «à mi-chemin entre Roman Polanski et un cousin à moi.»

«Interprétation différente»

De quoi décontenancer les habitués de «Game of Thrones»? Paule du Bouchet, responsable de la collection «écoutez Lire » de Gallimard est dubitative. Pour elle, il s’agit simplement d’une «interprétation différente» de l’œuvre d’heroic fantasy. «Quand on a un bon acteur qui se met dans la peau des personnages, on tient alors un vrai film audio.» En tout cas, cet audiolivre pourrait bien séduire un public plus vaste que les habitués du genre. S’il rencontre ses auditeurs, la suite pourrait voir le jour avant la fin de l’année.