Jamie Dornan, tueur en série dans «The Fall»: «Ted Bundy me fascine...»

INTERVIEW Très attendu dans l’adaptation de «Cinquante nuances de Grey», l’acteur britannique est le serial killer de «The Fall», série événement qui débarque en France ce mercredi 2 avril sur 13ème Rue...

Annabelle Laurent
— 
Jamie Dornan, tueur en série dans la série The Fall (BBC Two, 2013) créée par Alan Cubitt
Jamie Dornan, tueur en série dans la série The Fall (BBC Two, 2013) créée par Alan Cubitt — BBC

Il est le futur Christian Grey attendu de pied ferme, à l’été 2015, par les millions de lecteurs de la saga d’E.L. James, bien que les premiers échos parlent d’un film – est-ce vraiment une surprise – (trop) sage. Mais Jamie Dornan, 31 ans, est aussi le serial killer traqué ce mercredi soir sur 13ème Rue par Gillian Anderson dans «The Fall», une série policière glaçante, captivante de bout en bout, et au beau succès d’audience au printemps dernier sur BBC Two.

Les fans de «Broadchurch» retrouveront une excellente série policière britannique, mais sans «whodunit». On suit dès le premier des cinq épisodes, en parallèle de l’enquête menée par Gillian Anderson (bluffante —Scully nous avait manqué), le quotidien de Paul Spector, père de famille le jour, tueur méticuleux la nuit. Un rôle dérangeant interpreté par Jamie Dornan. Actuellement en plein tournage de la saison 2, il répond aux questions de 20 Minutes.

«The Fall» est une série éprouvante à regarder pour le téléspectateur. Elle a dû — et doit l’être à jouer?
Oui, parce qu’elle repose sur la dualité du tueur, capable de s’occuper de ses enfants et de laver les cheveux de sa fille puis de s’en aller cinq minutes plus tard étrangler une femme chez elle. C’est ce qui rend les choses d’autant plus atroces.

Ce ne doit pas être un tournage très reposant…
Ce n’est pas franchement un état d’esprit très sain dans lequel se plonger, oui! Il faut être très solide, bien se rappeler que c’est un rôle! Pour pouvoir ensuite redevenir Jamie. Même sur le tournage, j’essaie de rompre avec mon personnage, en lançant entre deux prises un «Alors ton week-end?», pour me sortir de Paul Spector.

Qu’avez-vous fait pour entrer dans le personnage?
J’ai beaucoup lu sur les serial killers. Beaucoup ont quelque chose qui les lie, comme un déséquilibre chimique qui les amène à faire ce qu’ils font. C’est souvent quelque chose issu de leur enfance, un traumatisme, un abus… Mes lectures m’ont aidé à comprendre qui ils étaient en dehors de la monstruosité de leurs actes, ce que j’ai besoin d’explorer parce que «The Fall» montre beaucoup le tueur chez lui, avec sa famille… La saison 2 aidera d’ailleurs mieux à comprendre qui il est. On revient sur son passé.

Parmi les tueurs en série, vous évoquez Ted Bundy…
J’ai regardé ses interviews sur YouTube, elles me fascinent… Je ne sais pas ce que ça dit sur moi! Il est très charismatique. C’est terrifiant parce que c’est vraiment quelqu’un qu’on apprécierait si on le rencontrait dans la rue. C’est aussi ce que je voulais pour Paul Spector. Pour que ce soit d’autant plus choquant.

Que diriez-vous de votre partenaire à l’écran Gillian Anderson?
Nos vies sont filmées en parallèle donc j’ai peu eu l’opportunité de tourner avec elle. Mais la quiétude qu’elle a choisie pour jouer Stella Gibson s’accorde très bien, selon moi, avec mon personnage. C’est une actrice brillante. Elle est exceptionnelle!

«The Fall» est-elle le virage de votre carrière d’acteur?
Ce sont les meilleurs scripts qui m’aient été donnés à lire, et mon horizon professionnel a beaucoup changé depuis, oui (il a aussi décroché l’un des rôles principaux de «New Worlds», ndlr). On ne m’avait jamais donné l’opportunité d’exprimer quoi que ce soit d’aussi fort à l’écran.

Vous avez été mannequin pendant 10 ans. Cela vous a aidé ou freiné?
Ça m’a sans doute aidé à un certain niveau. Pour certains il y a une différence énorme entre les deux, mais je ne crois pas, je suis sûr que toutes ces photos que l’on a prises de moi ont été bénéfiques pour mon travail d’acteur.

Et maintenant? Faut-il s’attendre à vous revoir en serial killer ou en amant sado-maso?
Je ne sais pas. J’ai adoré ces rôles complexes, exigeants. On vient de commencer la saison 2 de «The Fall», je venais d’achever le tournage de Fifty Shades of Grey… Je ne dirais pas non à des vacances! Et peut-être à des rôles un peu plus légers!