Slow TV : Attention, cette émission de télévision va durer 9 heures…

TELEVISION France 4 lance un ovni «slow TV», avec «Tokyo Reverse»...

Anne Kerloc'h

— 

Une déambulation dans les rues de Tokyo, c'est la slow TV
Une déambulation dans les rues de Tokyo, c'est la slow TV — Eden Productions

France 4 se donne un coup de jeune. Ce soir on suspend le temps et la télécommande. Loin des plans de coupes enchaînés en mitraillette, du minutage des chroniques et des reportages, voilà un plan séquence contemplatif, hypnotique, une déambulation tranquille qui durera… 9 heures d’affilée. Ce lundi, France 4 lance «Tokyo Reverse», la toute première «Slow TV» française.

Le concept est né en 2009, en Norvège, sur la chaîne publique NRK. Pour célébrer les 100 ans d’une ligne ferroviaire (Oslo-Bergen), on embarque des caméras qui suivent le périple tout du long, pendant plus de sept heures. Surprise, la retransmission est un succès d’audience avec 1,2 millions de téléspectateurs.

Depuis, l’émission a été vendue aux Etats Unis, et la chaîne propose régulièrement de suivre en prime-time, et parfois durant des jours, des images de paquebot se frayant un chemin dans les fjords, ou la fabrication, minute, par minute, d’une pull tricoté à partir de laine de mouton tondu avec la «National Knitting Night», en novembre dernier.

A rebours

En France, c’est donc France 4, la chaîne dédiée à la jeunesse et aux nouvelles écritures qui se lance ce soir. De 20H45 à 5H55 du matin, on pourra voir un personnage explorer la ville de Tokyo en mode «reverse». Tout défile à l’envers autour de lui tandis qu’il avance. Un dispositif de captation dûment chorégraphié. «En fait, il a marché à reculons, en s’entraînant avec un danseur. Et on diffuse le film à l’envers, ‘Tokyo Reverse’ est une découverte de la ville avec une dimension très humaine» explique le producteur Grégoire Olivereau (Eden). Intrigués, certains passants se mettent à l’unisson du promeneur et se mettent eux aussi à marcher rebours. Le tout sur une musique créée en live par Francesco Tristano.

«C’est un peu une réaction à tout ce qu’est la télé aujourd’hui où on change de plan toutes les trois secondes» poursuit Grégoire Olivereau. Pour Alexis Botoya, du site de veille de tendances Soon Soon Soon précise «La slow TV s’inscrit dans la tendance à la déconnexion, au fait de réduire les sollicitations, notamment médiatiques, auxquelles nous sommes surexposés. Ce qui est intéressant c’est que le même outil – la télévision- qui nous sollicite permet au final de renverser la tendance». Entre zapper et éteindre, la slow TV a choisi. Elle avance. A son rythme.

Slow écrans

Un dispositif second écran est prévu pour «Tokyo Reverse», le personnage postant des tweets, photos sur Instagram et mini vidéos sur Vine.