«Pékin Express»: Stéphane Rotenberg revient sur «l’enfer» du dernier tournage en Inde

TÉLÉVISION Trois membres de l’équipe arrêtés dans l’est du pays en février sont toujours retenus sur place, alors que l’animateur, les candidats et les autres techniciens sont rentrés à Paris il y a trois semaines…

Anaëlle Grondin
— 
Les premières images de la saison 10 de «Pékin Express», «A la découverte des mondes inconnus».
Les premières images de la saison 10 de «Pékin Express», «A la découverte des mondes inconnus». — Patrick ROBERT/M6

«C’était l’enfer! Ca nous a bien pollué la vie!» Le tournage de la saison 10 de «Pékin Express», terminé il y a quelques semaines à peine, a parfois viré au cauchemar. Lundi matin dans les locaux de la chaîne M6 à Neuilly-sur-Seine, le présentateur de l’émission Stéphane Rotenberg en dévoilait aux journalistes les premières images, revenant au passage sur la mésaventure de l’équipe en Inde qui avait entraîné l’interruption du tournage. Une mésaventure qui n’est pas encore tout à fait terminée. Pendant ce temps, certains membres de l’équipe sont toujours en train d’en découdre sur place.

Le présentateur a confié que trois personnes s’occupant de la logistique du divertissement étaient restées au Nagaland, un petit Etat du nord-est de l’Inde. Il s’agit des trois membres de la société de production Eccho Line qui avaient été arrêtés en février et entendus pour détention de téléphones satellitaires.

«Partir le plus vite possible»

«Ils sont libres, mais doivent rester à proximité. Ils sont surveillés de très près par les autorités locales, a confié Stéphane Rotenberg. Les autorités considèrent que le téléphone satellite est une faute et veulent voir s’ils n’ont pas commis d’autres fautes, s’il n’y a pas eu d’espionnage». Selon l’animateur, l’équipe devrait écoper d’une amende et pouvoir quitter le pays «d’ici quelques jours ou quelques semaines», «mais le juge a décidé de prendre son temps». 

Ces trois personnes étaient indispensables à la production de l’émission. «C’était une énorme galère. Notre obsession c’était de partir le plus vite possible», a indiqué Stéphane Rotenberg. Mais l’émission, diffusée «dans pas longtemps», sera livrée à temps à M6, a assuré le présentateur.

Une saison «plus dépaysante»

Qu’attendre de cette dixième saison de «Pékin Express»? «On a voulu s’appuyer sur nos points forts, aller dans des pays reculés», a annoncé Stéphane Rotenberg. «Cela manquait l’an dernier», a commenté Bibiane Godfroid, directrice générale des programmes de M6, qui a souhaité une saison «plus dépaysante». Au programme, outre le Nagaland, le public découvrira les paysages à couper le souffle de la Birmanie, du Bhoutan et du Sri Lanka.

Une petite nouveauté cette année, les participants - d’anciens candidats qui ont pu inviter un proche à partager «l’aventure» - dormiront deux nuits chez les locaux, et non une, pour pouvoir passer plus de temps avec eux. Bibiane Godfroid y voit un «retour vers l’ADN de "Pékin Express"»: «De vraies rencontres avec les gens».

«Pékin Express» en chiffres

1. En euro, la somme dont dispose un candidat par jour.
31. Le nombre de pays traversés depuis 2006 par les candidats.
128. Le nombre de spécialités culinaires goûtées par Stéphane Rotenberg.
2.400. Le nombre de nuits passées chez l’habitant.
100.000. Le nombre de kilomètres parcourus en dix saisons.