LCI bientôt gratuite? BFM-TV réplique

TELEVISION Le groupe NextRadio TV passe à l'offensive médiatique pour éviter l'arrivée d'une troisième chaîne d'info sur la TNT gratuite...

Anne Kerloc'h

— 

Alain Weill lors de la conférence de presse de rentrée de BFM TV, le 28 août 2013.
Alain Weill lors de la conférence de presse de rentrée de BFM TV, le 28 août 2013. — Vincent Wartner / 20 Minutes

Alain Weill, président de NextRadio TV (RMC, BFM-TV, BFM business) a dû prendre des leçons de message à portée virale chez Topito ou BuzzFeed. Pour expliquer le danger que représenterait la chaîne d’info LCI (TF1) si son statut devait changer, il a exposé à la presse «10 raisons de ne pas faire passer les chaînes de TNT payante en TNT gratuite». Dans cette liste, on trouve ainsi en numéro 4 «une grave menace pour l’existence des groupes indépendants», un assez discutable numéro 10: «Mise en péril de la télévision payante». Mais surtout (N°1): «Un avantage injustifié au seul profit de TF1, M6 et Canal +.»

Et de trois
 

Alors que le groupe M6 espère en effet que Paris Première passe au gratuit, et le groupe Canal + n’en attend pas moins pour sa chaîne de documentaire Planète +, positionné sur un créneau proche de celui de RMC découverte, nouvelle antenne de Nextradio. En attendant, chaque clan rencontre les politiques et multiplie les entretiens informels et les grandes déclarations médiatiques. L’heure étant clairement au lobbying, alors que Nonce Paolini, président de TF1 laisse planer la menace de fermeture de LCI en cas de refus du passage au gratuit, Alain Weill indique qu’il devrait surseoir à deux projets de développement et 50 embauches de journalistes dans le cas contraire. Reste une réalité: le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) doit mener une étude d’impact sur le sujet. En effet avec i-Télé, et le transfert de LCI vers la TNT gratuite, le PAF compterait désormais trois chaînes d’information gratuite. Une situation pour le moins inédite.