Philippe Candeloro s’insurge contre les «coincés de la fesse»

TELEVISION Dans «Le Parisien», Philippe Candeloro se défend face aux critiques sur ses commentaires aux J.O. de Sotchi...

J.M.

— 

Philippe Candeloro, le 17 décembre 2013, à Paris.
Philippe Candeloro, le 17 décembre 2013, à Paris. — REVELLI-BEAUMONT/SIPA

Les commentateurs de France Télévisions aux Jeux Olympiques de Sotchi ne sont pas épargnés par les critiques. Un ancien sportif de haut niveau s’agaçait des propos de Nelson Montfort, tandis qu’une internaute se désolait des paroles de Philippe Candeloro, qui évoquait par exemple le «joli petit postérieur» d’une patineuse allemande. Ce dernier a réagi dans Le Parisien daté du 20 février: «Si les gens sont coincés de la fesse, je n’y peux rien.». Et d’ajouter: «On ne peut presque plus revendiquer qu’on est hétéros!».

«Ni trash ni graveleux»

Non, non et non. Quand il dit, autre exemple, «Je connais un anaconda qui serait bien aller embêter cette Cléopâtre canadienne», ce n’est pas pas du « trash ni du graveleux », assure-t-il au quotidien. Même s’il concède qu’ «il y a peut-être des mots qu’il faut que je bannisse de mon vocabulaire.» En tout cas, le journal satirique Charlie Hebdo avait déjà fait connaître sa propre opinion en brocardant férocement Nelson Monfort et Philippe Candeloro sur sa une du 19 février.