Les «Don Quichotte», à cheval sur la com

©2006 20 minutes

— 

Deux membres de l'association Les Enfants de Don Quichotte, qui a installé un campement de quelque 200 tentes le long du canal Saint-Martin à Paris, ont entamé lundi une grève de la faim, pour obtenir des "mesures permettant l'accès de tous à un logement décent".
Deux membres de l'association Les Enfants de Don Quichotte, qui a installé un campement de quelque 200 tentes le long du canal Saint-Martin à Paris, ont entamé lundi une grève de la faim, pour obtenir des "mesures permettant l'accès de tous à un logement décent". — Dominique Faget AFP

Pas de « plan médias » calibré par une agence de com mais une efficacité qui ferait trépigner d'envie n'importe quel attaché de presse en mal de visibilité : les frères Augustin et Jean-Baptiste Legrand, à la tête de l'association Les Enfants de Don Quichotte, ont parfaitement su relayer leur combat pour le logement des sans-abri. A tel point que la couverture de ce sujet est passée « devant le traitement de l'élection présidentielle pendant les dernières semaines de décembre », précise François Nicolon, de l'agence TNS Media Intelligence, qui mesure le « bruit médiatique » par thème en partenariat avec Médiamétrie. Les secrets d'une stratégie ?

La prise de contact Le tandem Legrand a appelé les journalistes des semaines avant le montage de leur campement du canal Saint-Martin. « J'ai reçu un coup de fil d'Augustin en novembre », se souvient Tonino Serafini, qui suit les questions du logement pour Libération. Une reporter de France Télévisions s'étonne d'avoir été « directement jointe » sur son portable. « Question de bon sens, sourit Jean-Baptiste Legrand. Il suffit d'obtenir les lignes directes des journalistes, et le tour est joué. »

Un site Web efficace Des témoignages filmés de SDF y sont publiés. « Des appels de lecteurs ou d'associations, on en a beaucoup, et il faut trier, note Corinne Thébault, chef du service Vivre Mieux du Parisien. C'est lorsque j'ai visionné ces images sur le Web que j'ai compris que j'avais affaire à des gens sérieux. »

Profiter de ses acquis Respectivement comédien et producteur, Augustin et Jean-Baptiste maîtrisent parfaitement les mots photogénie et télégénie. « On a promis aux rédactions qu'on allait leur donner des images extra, s'amuse Jean-Baptiste. L'alignement des tentes rouges du campement, nous savions que cela aurait de l'impact télévisuel. »

Une touche de people Augustin a sympathisé avec Jean Rochefort sur un tournage de la série télévisée « Les Boeufs-carottes », en 2000. Il contacte le comédien et obtient sa participation. Un peu trop « sans-abri show » ? Jean-Baptiste n'en a cure : « S'il avait fallu faire la SDF Academy pour faire avancer notre cause, nous l'aurions faite. »

Raphaëlle Baillot