France 2 dégaine un conte musical, «Le Soldat rose»

©2006 20 minutes

— 

« C'est mon premier projet et pour moi, c'est l'événement télé de l'année. » Nicolas Pernikoff, directeur des programmes variétés de France 2 depuis huit mois, jubile. Le 24 décembre à 20 h 50, la chaîne proposera Le Soldat rose. Un conte musical de Noël coécrit par Louis Chedid et le parolier Pierre-Dominique Burgaud.

Cette histoire d'un petit garçon perdu au rayon jouets d'un grand magasin n'a été jouée qu'une seule fois, le 12 novembre au Grand Rex (Paris). Sur scène, -M-, Alain Souchon, Sanseverino ou encore Jeanne Cherhal. « Des artistes d'habitude cantonnés aux deuxièmes parties de soirée, poursuit Nicolas Pernikoff. Cela prouve qu'il est encore possible de diffuser de la variété qui ne soit pas du divertissement et cela va changer des traditionnels bêtisiers du réveillon ! » Marie Nowak, la manageuse de Louis Chedid précise qu'« il a fallu faire quelques concessions des deux côtés pour préserver l'originalité de cette création tout en s'adaptant au petit écran ». L'investissement de France 2 a permis d'améliorer décors et éclairages. En revanche, Marie Nowak a refusé de déplacer la représentation au Zénith ou de libérer les premiers rangs pour faire place aux caméras. « On avait de gros moyens, mais c'était un exercice d'équilibriste puisqu'au départ le spectacle n'était pas censé être filmé », confirme le réalisateur Jean-Louis Cap.

Finalement, l'enthousiasme de Nicolas Pernikoff a contaminé les auteurs. « Le texte du Soldat rose a un ton très service public, s'amuse Pierre-Dominique Burgaud. Pas de violence, des valeurs positives : symboliquement, c'est parfait que cela soit diffusé sur la Deux et le soir de Noël ! » France 5 embrayera, le 28 décembre à 20 h 40, avec Histoire du soldat rose, un docu sur les coulisses du concert. « France Télévisions répond ainsi à la nouvelle ligne éditoriale très créative fixée par Patrick de Carolis et Patrice Duhamel [le président et le directeur des antennes], souligne Nicolas Pernikoff. Maintenant que l'album caracole en tête des ventes, cela peut sentir la bonne opération, mais quand on a pris la décision d'en faire un prime, il y a six mois, c'était très risqué. »

Alice Coffin