Année noire pour les journalistes

©2006 20 minutes

— 

L'année 2006 fut la plus meurtrière pour les journalistes depuis la Seconde Guerre mondiale. Selon le bilan dressé mardi par la Presse Emblème Campagne (PEC), 94 reporters, cameramen ou preneurs de son ont été tués. Soit 38 % de plus qu'en 2005. A lui seul, le conflit irakien a provoqué la mort de 48 journalistes. Huit autres ont été tués au Mexique, quatre en Russie, ainsi qu'au Sri Lanka et aux Philippines. « Dans la grande majorité des cas, ils ont été victimes d'acteurs non étatiques, note la PEC. Des groupes d'insurgés en Irak, des réseaux criminels en Amérique latine, ou des services de sécurité plus ou moins parallèles en Russie. »