Pour le «Bachelor» américain, les gays, «plus pervers», ne devraient pas participer à l’émission

TELEVISION Les propos homophobes du 18ème «Bachelor» américain ont choqué. ABC, qui diffuse l’émission, regrette des propos «irréfléchis, imprudents et indélicats»…

A.L

— 

Juan Pablo Galavis, 18ème "Bachelor" américain, le 18 janvier 2014. 
Juan Pablo Galavis, 18ème "Bachelor" américain, le 18 janvier 2014.  — KH1/WENN.COM/SIPA

Aux Etats-Unis, l’émission «Le Bachelor» en est à sa… 18ème saison. Diffusée sur la chaîne ABC depuis 2002, la téléréalité n’a jamais eu de candidat gay. C’est à ce sujet que le magazine The TV Page a interrogé le 18ème Bachelor, un certain Juan Pablo Galavis, - le premier candidat hispanique de l’émission – qui a commencé à rencontrer ses prétendantes le 6 janvier dernier. «Je ne pense pas que ce soit un bon exemple pour les enfants qui regardent la télé», a-t-il d’abord expliqué avant d’ajouter: «Il y a ce truc chez les gays... Il me semble, je ne sais pas si j'ai raison ou non, mais j'ai beaucoup d'amis comme ça. Ils sont plus pervers, d'une certaine façon».

Des propos homophobes aussitôt repris par la presse américaine et qui ont beaucoup choqué. Juan Pablo Galavis s’est expliqué sur Facebook samedi soir: «La phrase a été sortie de son contexte. Si vous écoutez l’ensemble de l’interview, il n’y a que du respect pour les gays et leurs familles (…) Le mot pervers ne reflétait pas ce que je voulais dire et j'en suis désolé. Tout le monde sait que l'anglais n'est pas ma langue natale et mon vocabulaire n'est pas aussi large qu'il l'est en espagnol et pour cette raison, parfois, j'utilise de mauvais mots. Ce que je voulais dire, c'est que les homosexuels sont plus affectueux les uns avec les autres, et plus intenses, et pour une partie du public, ce serait trop osé. L'émission l'est déjà assez, et je ne laisse pas ma fille de 5 ans la regarder». 

De son côté, la chaîne ABC a regretté, dans un communiqué de presse, des propos «irréfléchis, imprudents et indélicats», qui ne «reflètent en rien l'opinion de la chaîne ou des producteurs».