Noël et le Jour de l’an, marronniers des journaux télévisés

Joël Métreau

— 

Arrivee d'un pêcheur déguisé en Père Noël pour les enfants de l'école Peverelly à Terre Sainte, à La Réunion, le 10 décembre 2013.
Arrivee d'un pêcheur déguisé en Père Noël pour les enfants de l'école Peverelly à Terre Sainte, à La Réunion, le 10 décembre 2013. — ANDRIEU ARNAUD/SIPA

Au cas où vous ne vous seriez pas rendu compte que c’était les fêtes de fin d’année, les JT du soir de TF1, France 2, France 3, Canal+, Arte et M6 sont là pour vous le rappeler. Dans son baromètre thématique de décembre 2013, Ina Stat indique que Noël et Jour de l’an, au cours de ces cinq dernières années, ont donné lieu en moyenne à 264 sujets, soit une moyenne de dix par jour. En 2012, ils évoquent d’abord les traditions (71 sujets) et l’économie (69 sujets), loin devant les célébrations religieuses (18 sujets).

Dans son baromètre consacré aux «agendas et marronniers des JT», Ina Stat s’est également penché sur les vacances scolaires, de plus en plus prisé des JT. Au point qu’en 2012, 671 sujets leur ont été consacrés, soit 176 de plus qu’en 2008. Sans surprise, les longues vacances d’été sont les plus relayées. En 2012, les JT y évoquaient d’abord les transports pour 27% des sujets (un petit chassé-croisé des juillettistes et des aoûtiens pour la route?), les loisirs pour 24% (la baignade, on parie) et la météo pour 11%.

Ina Stat pointe également deux marronniers incontournables: la rentrée des classes et les soldes. «Moment fort de la vie des familles», la rentrée suscite une couverture intensive des JT dès la fin du mois d’août. Les soldes d’hiver en janvier-février entraînent davantage de sujets que les soldes d’été en juin-juillet. «Seule Arte ignore ces rendez-vous annuels», précise perfidement l’étude.

La Saint-Valentin relayée par le JT de Canal+ se réduit à peau de chagrin. La quatrième chaîne lui a juste accordé quatre sujets entre 1995 et 2012, loin derrière France 2 (35 sujets). En moyenne annuelle, 6,5 sujets par an sont consacrés aux amoureux. Les chaînes accordent encore moins d’importance à la fête des mères: trois en moyenne par an. Enfin, Ina Stat note qu’après un pic de sujets dans les JT en 1998 et en 2001, l’intérêt pour la fête d’Halloween s’essouffle à partir de 2004.