Sevran, une chanson pleine de fausses notes

©2006 20 minutes

— 

France 2, pour laquelle travaille Pascal Sevran, "fera le point lundi" sur la vive controverse qu'il a suscitée avec ses propos sur la sexualité des noirs.
France 2, pour laquelle travaille Pascal Sevran, "fera le point lundi" sur la vive controverse qu'il a suscitée avec ses propos sur la sexualité des noirs. — Pierre Verdy AFP/Archives

Parlez-vous le Pascal Sevran ? «Je suis favorable au con-trôle des naissances» en Afrique, a-t-il expliqué ce week-end, histoire d'éteindre l'incendie provoqué par les propos qu'il avait tenus le 2 décembre dans les colonnes de Var Matin. L'animateur y déclarait : «L'Afrique crève de tous les enfants qui naissent sans que leurs parents aient les moyens de les nourrir. Il faudrait stériliser la moitié de la planète.» Une «analyse» très personnelle des ravages de la pauvreté sur le continent noir, détaillée dans son dernier livre. En page 214 du Privilège des jonquilles, il impute à la «bite» des Nigériens la famine qui a touché trois millions de personnes dans ce pays en 2005.

Un verbiage qualifié de «raciste» et «eugéniste» par des responsables politiques et associatifs au bord de la nausée. «Ils se trompent», a rétorqué Sevran ce week-end dans Le Parisien. Ajoutant que ses propos n'étaient pas xénophobes mais «baroques», il a présenté ses «excuses» aux «hommes et aux femmes que j'ai pu peiner». Et ça fait du monde. «Je reçois sans cesse des coups de fil de gens qui veulent faire le siège de France Télévisions pour réclamer sa tête, confie Patrick Lozès, président du Conseil représentatif des associations noires (Cran). Je ne sais pas si je pourrai les contenir longtemps.» Le Cran et le collectif des Français originaires d'outre-mer ont porté plainte contre celui qui «Chante la vie» sur la Deux ! Soutenus par le Mrap, la Licra et le PS, ils demandent son éviction de l'antenne. Vendredi, le ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres, s'est indigné devant des « propos passibles » d'une condamnation. Et samedi, l'Association de la presse panafricaine a interpellé le rapporteur des Nations unies sur le «cas» Pascal Sevran.

Samedi, le directeur général de la Deux, Philippe Baudillon, a jugé utile de « repréciser » à son employé «les valeurs du service public». La leçon avant la sanction ? La Deux devrait « faire le point » aujourd'hui sur le devenir de cet encombrant animateur.

Christel Brigaudeau